Subscribe to Email Updates

La vente via les plateformes de réseaux sociaux pourrait être sur le point de décoller mais pour ce faire devra être pleinement intégrée à la vente en ligneIl n’y a encore pas si longtemps, les plateformes de réseaux sociaux telles que Facebook, Pinterest et Twitter étaient considérées uniquement comme des canaux pour construire la notoriété d’une marque. Maintenant elles seraient devenues un outil puissant pour accéder à une clientèle jeune, difficile à atteindre et la convertir directement en acheteurs.

Le social shopping peut-il donc devenir le futur de l’e-commerce ? D’après Kieron Weedon, directeur de la stratégie de l’agence BWP Group, la réponse est  "oui". "La nature même des réseaux sociaux, qui permet de partager, recommander et montrer des produits à des amis raccourcit l’étape de comparaison du parcours d’achat. Faciliter l’achat de produits directement depuis les réseaux sociaux  est donc une étape naturelle."

Mais pour que les e-commerçants récoltent les bénéfices du social shopping tant en terme de réputation que de revenus, ils devront trouver une façon de changer l’état d’esprit des consommateurs qui pensent que les réseaux sociaux sont uniquement là pour un simple tweet.

Naji El-Arifi, directeur de l’innovation au cabinet de conseil e-commerce Salmon, déclare « Les acheteurs voudront toujours une meilleure expérience d’achat et Facebook ou Twitter peuvent offrir cela. Le socle pour que le social shopping réussisse est déjà en place - Facebook est déjà en train de le tester avec Facebook Marketplace - il suffit donc qu’un e-commerçant ambitieux en prenne conscience, fournisse un service client performant et implémente une stratégie qui intègre les réseaux sociaux dans l’offre digitale globale. »

 

RECEVOIR LA NEWSLETTER DU BLOG SENSEFUEL

 

Rachel Barton, directeur général chez Accenture Strategy annonce que bien que les réseaux sociaux soient prêts à être une nouvelle source de revenus, la majorité des entreprises ont à peine déployé un modèle omnicanal qui intègre le social d’une manière significative. Passer du « like » à l’achat n’est pas une tâche facile précise-t-elle. Il ne s’agit pas d’offrir aux consommateurs la même expérience d’achat que celle qu’ils reçoivent dans le commerce traditionnel. Le succès exige de redéfinir l’expérience d’achat pour ce nouveau média et de la rendre simple et « taillée pour le client ».

Déjà en avance sur le social shopping, WeChat, l’application de messagerie chinoise est décrite comme un concentré de WhatsApp, Amazon, Deliveroo, Uber, ... Elle est également un noyau central pour les e-commerçants. Pour Becky Carré, PPC Executive de l’agence e-commerce Impression : " le modèle d’application « tout-en-un » de WeChat, incluant des marketplaces peer-to-peer et des fonctionnalités de paiement pourrait représenter un challenge pour les géants des réseaux sociaux occidentaux, en particulier à l’heure où les utilisateurs de Facebook sont en passe d’être déçus de la plateforme et que leur engagement décline." 

Il ne fait aucun doute que le social shopping a un rôle énorme à jouer car les consommateurs changent leurs modes d’achat. De l’ordinateur, ils passent aux tablettes et aux mobiles. Le passage à des boutons d’achat intégrés dans les plateformes de réseaux sociaux comme Instagram et Pinterest est une extension naturelle de l’expérience qu’ils connaissent actuellement en utilisant Uber. Cependant, selon Dennis Jones, PDG de Judopay : « bien que certains achats soient très impulsifs, d’autres exigent une phase de renseignements plus poussée pour vérifier une politique de retour ou lire des avis d’autres consommateurs. Pour que cette expérience d’achat soit aussi transparente que celle des meilleures entreprises, cela prendra du temps mais cela se produira. »

Source : Future of Ecommerce Social Report - Le Rapporteur, Alison Coleman

télécharger enquête Toluna et Sensefuel 2016

 

Pour aller plus loin :