Pourquoi Walmart bat Amazon dans la bataille de l'alimentaire en ligne

Publié le 12 janv. 2024 | 3 min de lecture

Il y a encore cinq ans, Amazon était le leader incontesté du marché de l'alimentaire en ligne aux États-Unis. Aujourd'hui, Walmart a pris la tête du marché et ne cesse de l'étendre. Que s'est-il passé ?

Un tournant significatif

Un tournant significatif s'est opéré : en 2016, Amazon détenait encore 24 % du marché américain de l’alimentaire en ligne, tandis que Walmart, la plus grande chaîne de supermarchés physiques du pays, ne représentait que 16,3 %. Cependant, en 2019 déjà, Walmart avait rattrapé son retard et surpassé son concurrent en ligne. Depuis lors, Amazon n'a fait qu'accentuer l'écart avec le nouveau leader du marché.

D'ici fin 2024, Walmart réalisera 58,92 milliards de dollars de ventes alimentaires en ligne (près de 54 milliards d'euros), a calculé Insider Intelligence : c'est plus de 18 milliards de dollars de plus que les 40,50 milliards de dollars (37 milliards d'euros) d'Amazon. Walmart détient ainsi une part de marché de 26,9 %, contre 18,5 % pour Amazon. Les concurrents tels que Kroger, Target et Albertsons sont encore loin derrière.

Une technologie coûteuse

Et ce, malgré les efforts considérables déployés par Amazon pour s'imposer sur l'important marché de l'alimentation, tant dans le monde physique - avec l'acquisition de Whole Foods et le déploiement des magasins sans caisse Amazon Go et Fresh - qu'en ligne, avec son service de livraison. Toutefois, le géant de la vente en ligne se heurte à de nombreux obstacles.

La chaîne de supermarchés bio Whole Foods, par exemple, s'avère être trop orientée vers le haut de gamme pour attirer la majorité des consommateurs. L'expansion de ses propres magasins pose également des défis : Amazon rencontre des difficultés à maîtriser la technologie coûteuse des transactions sans argent liquide et a suspendu le déploiement des magasins Amazon Fresh et Go afin de peaufiner sa stratégie. Dans certains points de vente, le détaillant teste actuellement la possibilité de réaliser des achats sans application et de régler à une caisse traditionnelle.

Ne manquez pas notre article : Amazon lutte contre le potentiel assuré de Shein dans le domaine de la mode

Réseau de magasins

Le climat économique n'arrange rien non plus. En raison de l'inflation élevée, les consommateurs américains font également du "down-shopping", c'est-à-dire qu'ils font leurs achats dans des chaînes moins chères et remplacent les marques par des marques de distributeur. Walmart profite largement de cette situation, grâce à son positionnement plus marqué en matière de prix. En outre, cette chaîne dispose déjà d'un point de vente physique - avec un point de retrait sur le parking ou en magasin - à moins de 16 kilomètres de 90 % des ménages américains.

Amazon Fresh dispose également de quelques points de retrait, mais doit encore s'appuyer principalement sur la livraison. Le géant de la vente en ligne souhaite désormais abaisser la barrière en rationalisant l'expérience d'achat au sein de ses différentes marques. L'option de livraison est progressivement ouverte aux consommateurs qui ne sont pas abonnés à Prime. Il convient d'ajouter qu'Amazon dispose d'un réseau logistique très développé.

Un modèle à forte intensité de capital

Comme en Europe, les site marchands de produits alimentaires en ligne aux États-Unis ont connu une forte croissance pendant les années de pandémie. En 2020, il y a eu une poussée de croissance allant jusqu'à + 56 %. Mais en 2021, la part de marché en ligne de tous les commerçants a de nouveau chuté. Les consommateurs se sont alors de plus en plus tournés vers des services de livraison comme Instacart, DoorDash ou Uber Eats, qui récupèrent généralement les produits chez les petits commerçants alimentaires, ce qui a entraîné une baisse des ventes pour les plus grands acteurs, et donc pour Walmart. Cette année, Walmart serait le seul grand commerçant alimentaire à augmenter sa part de marché.

Brian Lau, analyste chez Insider Intelligence explique :

"Les applications de livraison ont explosé en 2021, profitant de la numérisation soudaine des produits alimentaires due à la pandémie. Beaucoup, comme Doordash, promettaient des livraisons ultra-rapides en moins de 30 minutes et offraient de fortes réductions pour attirer de nouveaux clients." 

Ne manquez pas notre article : William White, directeur marketing de Walmart, parle de l'évolution des comportements d'achat

Ce boom a été de courte durée : les consommateurs américains préfèrent toujours les achats en gros. En période d'inflation croissante et de détérioration des conditions macroéconomiques, le modèle de livraison en 15 minutes, à forte intensité de capital, est devenu trop onéreux. Les gens ont commencé à rechercher davantage les bonnes affaires, à l'avantage de Walmart.

infographie-produits-biens-de-grande-consommation-sensefuel

Crédit photo : Shutterstock

Source : retaildetail.eu

 

Bérangère D'Henry

Bérangère D'Henry

Recevez la newsletter Sensefuel

Un concentré d’informations et de conseils autour du e-commerce et de l’expérience client, directement dans votre boite mail