janvier 02, 2019 trends

Les événements qui ont marqué le e-commerce en 2018

Subscribe to Email Updates

Pour comprendre la direction que prendra l'industrie du e-commerce en 2019, il faut revenir sur les principales tendances et événements qui ont construit 2018.

En 2018, de plus en plus de consommateurs ont manifesté leur intérêt pour des expériences shopping rapides et simples, en magasin comme en ligne. L'essor du e-commerce et du m-commerce ainsi que la volonté croissante des clients d'essayer de nouvelles technologies - comme la recherche vocale, visuelle, les chatbots, la réalité virtuelle, l'internet des objets, etc. - ont également entraîné une demande croissante d’expériences shopping plus transparentes et sécurisées. Cette situation a permis aux entreprises impliquées de construire et de renforcer leurs relations clients en offrant plus de services et en personnalisant l'expérience d'achat.

Le commerce électronique s'est renforcé

En 2018, le commerce électronique a enregistré une croissance importante à l’échelle mondiale. Lorsqu'il s'agit d'achats transfrontaliers, les études de marché de PayPal, menées dans 31 pays auprès de 34 000 consommateurs environ, ont montré que le commerce électronique transfrontalier devenait de plus en plus attractif en Europe.

Ne manquez pas notre article : [e-commerce] Quid des achats transfrontaliers en Europe, en 2018 ?

Sur les autres marchés, le e-commerce a enregistré une croissance continue. En Inde par exemple, les ventes de commerce électronique ont atteint 32,70 milliards de dollars (soit une augmentation de 31% par rapport à 2017), avec une croissance tirée par Amazon, Flipkart et Paytm Mall. Aux Pays-Bas, le commerce électronique devrait croître de 11 % pour atteindre près de 25 milliards d'euros à la fin de 2018. Le Royaume-Uni est devenu le troisième plus grand marché m-commerce dans le monde.

Ne manquez pas notre article : Le Royaume-Uni : 3ème plus grand marché m-commerce dans le monde

Les grands acteurs poursuivent leur expansion mondiale

Les grands acteurs du commerce électronique ont poursuivi leur expansion sur de nouveaux marchés. En décembre, le Groupe Alibaba a signé un accord avec le gouvernement belge pour le lancement d'un hub e- commerce, qui fait partie de la Plateforme électronique mondiale du commerce (eWTP) d'Alibaba.

Ne manquez pas notre article : Alibaba ouvrira son premier hub e-commerce européen en Belgique

L'entreprise chinoise s'est également intéressée au marché espagnol en collaborant avec El Corte Inglés dans de nombreux domaines, notamment les paiements numériques, le commerce électronique et la logistique.

 

 

Ne manquez pas notre article : El Corte Inglés s'associe à Alibaba

JD.com a poursuivi son expansion sur les marchés occidentaux. La société chinoise a décidé d'entrer en Europe en 2019 avec sa nouvelle plateforme de commerce électronique et ses services de livraison, d'abord en France, puis au Royaume-Uni et en Allemagne.

D'autre part, Amazon s'est implanté au Brésil, sur le marché de la mode et du sportswear, à travers son site brésilien, dans le but de se développer en Amérique Latine. Par ailleurs, en juin 2018, la société de commerce électronique a lancé son service Prime en Australie, étendant sa présence dans le pays, où elle est entrée en décembre 2017.

Ne manquez pas notre article : L’Amérique latine : une région à fort potentiel pour le e-commerce

En revanche, pour certains commerçants, 2018 n'aura pas été une année prolifique. Sears - la chaîne américaine de grands magasins - a déposé un dossier de faillite avec un plan de fermeture de 142 magasins, tandis que Toys "R" Us a fermé ses activités e-commerce, après avoir déposé le bilan en septembre 2017.

Innovation & nouvelles stratégies e-commerce

2018 a été une excellente année pour l'innovation et les nouvelles stratégies e-commerce. En janvier, Amazon a ouvert Amazon Go, une supérette automatisée et sans caisse à Seattle. Amazon Go s'appuie sur des caméras et des capteurs de poids pour reconnaître ce que les consommateurs prennent ou remettent dans les rayons. Il n'y a pas de caisse enregistreuse ni de zone de paiement; les clients sont facturés après avoir quitté le magasin, au moyen de la carte de crédit indiquée dans leur dossier.

En décembre, l'incursion du e-commerçant dans la vente physique s'est poursuivie avec l'expansion de ce format de magasin sans caisses aux aéroports. La société américaine est allée encore plus loin en 2018, s'associant à Snapchat pour créer une nouvelle fonction de recherche visuelle. Il s'agit d'utiliser la plateforme sociale pour se connecter à Amazon et acheter des produits. La nouvelle fonction est intégrée à l'application Snapchat et est activée lorsque le client ajoute Amazon à sa liste Snapchat. 

snapchatDevant un produit ou un code-barres, la fonction permet aux acheteurs de le trouver (et, éventuellement, d'acheter) sur Amazon.

L'application Mobile Scan&Go de Walmart avait commencé à être testée dans les magasins aux États-Unis. Cette dernière permettant aux clients de numériser et d'emballer leurs articles pendant leur shopping et de payer directement avec leur téléphone en utilisant les informations de carte de crédit stockées dans l'application. Cependant, après quelques mois, le programme a été clôturé. Puis, en décembre, Walmart a ouvert son premier supermarché high-tech en Chine, à Shenzhen, qui permet aux clients de payer avec leur smartphone en utilisant un programme sur la messagerie WeChat de Tencent Holding Ltd.

Ne manquez pas notre article : Walmart teste sa propre technologie de recherche visuelle sur hayneedle.com

Alors que certaines entreprises ont investi dans la rationalisation de l'expérience de paiement, d'autres ont porté leur attention sur les technologies émergentes : Intelligence Artificielle, Réalité Virtuelle, ou blockchain. Une étude publiée par Juniper Research a révélé que les dépenses des détaillants mondiaux en matière d'IA atteindraient 7,3 milliards de dollars par an d'ici 2022.

En 2018, les commerçants et e-commerçants ont saisi de nouvelles opportunités afin d’accroître la personnalisation de l'expérience client. Flipkart a fait l'acquisition de Liv.ai, une start-up indienne de logiciels de reconnaissance vocale basée en Inde, tandis que Walmart s'est associé à Microsoft pour une plus large utilisation de la technologie cloud et AI.

Macy's a investi dans une option de paiement mobile et a partagé ses plans pour explorer l'intelligence artificielle dans de nouvelles expériences shopping. Une nouvelle fonctionnalité permettrait aux clients de placer virtuellement les meubles Macy's dans leur propre espace de vie, et de voir comment ils s'adapteraient avant de faire un achat.

Crypto et blockchain ont été exploités (entre autres) par Rakuten, qui a révélé son intention de lancer Rakuten Coin, une cryptocurrency basée sur la blockchain et sur le programme de fidélité Rakuten existant. TMall, la plateforme de commerce électronique d'Alibaba, avait une approche similaire et a manifesté son intérêt à s'associer avec la société de logistique Cainiao afin d'utiliser la blockchain dans ses opérations transfrontalières de chaîne logistique.

Ne manquez pas notre article : Le Bitcoin est-il l'avenir du e-commerce ?

Nouvelles lois et règlementations

De nouvelles lois et règlementationss ont aidé le secteur du e-commerce à prospérer et à devenir plus sûr en 2018. En avril 2018, la Commission européenne a présenté un projet de propositions de règles visant à limiter l'utilisation des données des commerçants par les marketplaces en ligne pour stimuler les ventes de leurs produits de marque propre. Ces règles visaient à prévenir les pratiques commerciales déloyales et à garantir des conditions de concurrence équitables entre les grandes entreprises technologiques (Google, Amazon et Apple) et les entreprises traditionnelles. En outre, les législateurs voulaient que les règles couvrent les services d'assistance vocale ou les aides virtuelles comme Alexa d'Amazon, Siri d'Apple et Google Assistant, en raison de leur popularité croissante.

Sur le marché chinois, le gouvernement a élargi les politiques d'importation et d'exportation au détail par le biais du e-commerce transfrontalier afin de libérer le potentiel de la consommation. Le gouvernement chinois s'est montré intéressé à stimuler le potentiel d'augmentation des importations et à intensifier le commerce électronique transfrontalier et d'autres nouveaux modèles commerciaux.

En septembre, la Commission européenne a publié des orientations actualisées pour mettre fin au blocage géographique, afin d'aider les États membres et les entreprises de e-commerce à s'adapter aux nouvelles règles. Ces règles visent à permettre aux consommateurs et aux entreprises d'acheter et de vendre des produits et des services en ligne, plus facilement et en toute confiance dans toute l'UE.

Ne manquez pas notre article : [e-commerce] Le Parlement Européen vote une loi favorisant les achats transfrontaliers

En 2018, les organismes de réglementation se sont également concentrés sur les économies émergentes, dans le but de stimuler le e-commerce. En juillet, les Nations Unies ont exhorté les États africains à élaborer des règlements pour stimuler la croissance du commerce électronique. Dans la région de l'ANASE (L'Association des nations de l'Asie du Sud-Est ), en novembre, les ministres de l'économie ont signé un accord visant à faciliter les transactions transfrontalières de commerce électronique dans la région. L'accord, finalisé après neuf cycles de négociations, est le premier du groupement sur le commerce électronique.

Ne manquez pas notre article : Pourquoi 2018 a été "l'année du e-commerce" en Asie du Sud-Est ?

Des acquisitions et des investissements importants

2018 a marqué le plus gros achat au monde d'une société de commerce électronique, avec l'acquisition de Flipkart par Walmart, en mai, pour 16 milliards de dollars. Il a également été rapporté qu'Amazon voulait acheter Flipkart, une décision qui aurait mis les deux commerçants en concurrence en Inde. Walmart a de nouveau fait la une des journaux lorsque la société a fait part de son projet d'acquérir Cornershop, un service de livraison de produits alimentaires, pour 225 millions de dollars, afin de développer ses activités de commerce électronique au Mexique et au Chili.

Une autre annonce importante concerne le rachat, par Adobe, de Magento - l'éditeur de solutions cloud e-commerce open-source Magento - pour 1,68 milliard de dollars, en mai dernier. L'opération va permettre à Adobe de renforcer son activité Experience Cloud.

Puis, en juin 2018, Google a signé un accord avec JD.com, acceptant d'acheter pour 550 millions de dollars d'actions de la société.

Un autre investissement important en 2018 est marqué par Alibaba, qui a renforcé son contrôle sur Lazada en investissant 2 milliards de dollars dans l'entreprise. En acquérant la majorité des actions de Lazada, la plateforme chinoise de commerce électronique a renforcé sa présence sur des marchés comme l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam.

télécharger Guide Sensefuel Bien choisir son moteur de recherche e-commerce 2017/18

Source : thepaypers.com

Vu dans cet article :