Le e-commerce change de forme et évolue constamment. Voici les cinq tendances qui dominent le secteur cette année.

 

1. La visualisation interactive du produit

L’un des principaux obstacles à la croissance du e-commerce, dans les segments de la vente au détail tels que la mode, les articles ménagers et les articles de luxe, est que les sites Web et les applications n’offrent pas les mêmes indices sensoriels que lors des achats physiques. Cela crée un niveau d'anxiété important pour les consommateurs et est l’un des facteurs majeurs contribuant à l'abandon du panier.

Désormais la technologie permet aux commerçants d’utiliser la réalité virtuelle, l’imagerie 3D, la réalité augmentée, etc. Cela signifie que les acheteurs peuvent interagir avec des produits en ligne comme jamais auparavant. Par exemple, ils peuvent utiliser leur smartphone pour visualiser l’apparence d’un meuble dans leur salon ou essayer une paire de chaussures virtuelle.

Ne manquez pas notre article : Le shopping en ligne devient réel : l'essor de la visualisation interactive de produits

2. Le commerce électronique B2B explose

Qui a dit que le commerce électronique était réservé aux marques B2C ? Les entreprises B2B profitent également des tendances à venir et de tous les avantages mis au point par le secteur B2C. On prévoit que les ventes du e-commerce interentreprises augmenteront dans le monde entier pour atteindre 6 600 milliards de dollars d'ici à 2020. Un récent sondage mené auprès de 500 organisations B2B a révélé que 80% des clients acceptaient d'effectuer les commandes et les paiements via le site web.

Le e-commerce stimule les ventes B2B en exploitant davantage d'opportunités commerciales, en renforçant la présence en ligne, en exploitant le référencement et en permettant aux clients situés plus loin géographiquement d'accéder aux biens à vendre.

Sans surprise, la personnalisation du e-commerce est également un élément crucial pour les acheteurs B2B. Des études ont montré que 50% d’entre eux souhaitaient la personnalisation lors de la recherche de fournisseurs en ligne. La bonne nouvelle pour les entreprises, c’est qu’elles peuvent tirer parti du travail effectué dans le monde B2C en appliquant la personnalisation aux courriers électroniques, aux pages d’accueil des sites web, aux médias sociaux, aux “wish lists”, aux programmes de fidélité, etc.

3. Le commerce conversationnel - la montée des chatbots 2.0

2019 est l'année où le commerce conversationnel se généralise enfin, selon Gita Samani, consultante en numérique chez Astound Commerce.

Grâce à l’adoption par les consommateurs d’applications de messagerie telles que Whatsapp et Facebook Messenger pour une utilisation sociale, il est naturel de passer de la discussion avec les amis et la famille à la discussion avec les marques pour effectuer des achats, dit-elle.

Jusqu'à récemment, le principal obstacle à l'utilisation à grande échelle de chatbot était la technologie. Les tentatives de chat automatisé ont souvent été maladroites, entravées par une technologie limitée de traitement du langage naturel (PNL). Ce n'est que récemment que la PNL - et plus particulièrement le Deep Learning - a suffisamment évolué pour offrir une interface client naturelle beaucoup plus intuitive et facile à comprendre.

Ne manquez pas notre article : 35% des consommateurs veulent plus de chatbots sur les sites e-commerce

4. Le commerce conversationnel - Les assistants numériques virtuels

Bien que les chatbots soient là depuis un moment, les assistants numériques virtuels en tant que canal de vente restent une tendance émergente. L’ubiquité croissante des appareils domestiques prenant en charge Google Assistant, Alexa d’Amazon et Siri d’Apple en est le catalyseur.

Amazon affirme avoir livré «des dizaines de millions» de périphériques Echo l’année dernière. L'entreprise indique également que l’engouement du public pour les périphériques compatibles avec les assistants intelligents ne semble pas ralentir, l’assistant Alexa étant désormais intégré dans les ordinateurs personnels et les voitures.

Amazon investit massivement pour permettre à Alexa de devenir un nouveau canal de vente alimenté par le commerce conversationnel. Et ce n’est pas seul !

Le récent rapport Conversational Commerce de Capgemini a révélé que plus de 40 grands détaillants américains, dont Walmart et Target, se sont associés à Google pour introduire Google Shopping States à commande vocale.

La demande est clairement là : le rapport de Capgemini a également révélé que la moitié des consommateurs utilisent des assistants vocaux et que 52% d'entre eux déclarent qu'ils seraient intéressés par l'achat de produits électroniques, de produits de grande consommation, de vêtements et même de matériel pour la maison, via ce canal.

Ne manquez pas notre article : Alexa, quel est l'avenir des commandes vocales pour les achats alimentaires ?

5. Proposer aux clients une plateforme avec un contenu généré par l'utilisateur

Le contenu généré par l'utilisateur (CGU) n'est peut-être pas nouveau, mais les commerçants et les marques lui ont donné un nouveau souffle. Ils l'utilisent pour faire valider leurs produits par de vrais clients, booster le référencement naturel et favoriser le sens de la communauté parmi les clients fidèles.

C’est l’exemple de la marque de soins de la peau Magitone qui propose à ses clients de télécharger du CGU rapidement et facilement. Ce contenu peut ensuite être utilisé sur un large éventail de canaux. Depuis qu’elle utilise les CGU, Magitone a constaté une augmentation du nombre d’avis clients et du trafic vers ses publicités Facebook.

Lulu Guinness est une autre marque qui utilise le CGU sur son site Web, pour interagir directement avec ses clients. Un bon exemple est le hashtag de la marque #HowDoYouLulu, qui encourage les clients à publier sur Instagram, avec la possibilité de montrer sur le site Web de la marque comment ils portent ses produits.

L’objectif est de publier sur son site des UGC "shoppables", ce qui confère au canal une plus grande authenticité. Tayyaba Malik, responsable du commerce électronique de Lulu Guinness, a récemment commenté: "Les clients naviguent souvent sur les réseaux sociaux avant de faire un achat. Le fait d’apporter ce contenu sur le site web a donc un impact positif."

Ne manquez pas notre article : Avis clients : pourquoi en avez-vous besoin et comment les utiliser ?

Observatoire-pratiques-recherche-e-commerce-2019

Source : techhq.com

Vu dans cet article :