12 grandes tendances du e-commerce en 2022

Publié le 1 déc. 2021 | 6 min de lecture

Une dynamique de croissance en mutation

1. La Chine ralentit

Le secteur chinois du e-commerce connaît un ralentissement de sa croissance alors que le marché arrive à maturité et que les décideurs politiques se concentrent sur l'économie rurale. Au cours des cinq prochaines années, le e-commerce devrait connaître une croissance de 23,6 % par rapport aux niveaux de 2020. C'est encore sain, mais loin du taux de croissance de 70,6 % des cinq années précédentes.

Le ralentissement des taux de croissance est déjà apparent. Les ventes d'Alibaba pour son événement commercial annuel gigantesque; le ​​Singles' Day 2021 se sont élevées à 84,5 milliards de dollars – un record et en hausse de 8,5% par rapport à 2020 – mais la plus faible augmentation de croissance depuis le début du festival en 2009.

2. 10 ans de croissance en 3 mois aux États-Unis, mais…

Au début de la pandémie, les États-Unis ont connu une croissance de dix ans de la pénétration du e-commerce en seulement trois mois. Les consommateurs continuent d'essayer de nouveaux magasins, sites web, marques et types d'expériences d'achat.

À l'échelle mondiale, cependant, il est peu probable que le taux de croissance de l'e-commerce en 2021 atteigne le rythme établi en 2020. Oberlo prévoit une augmentation de 17 % des ventes mondiales de e-commerce pour 2021, contre près de 26 % en 2020.

3. Les marchés émergents dépassent les autres

Le cabinet d’études eMarketer déclare :

« L'Inde, le Brésil, la Russie et l'Argentine devraient tous afficher une croissance d'au moins 26 % des ventes de commerce électronique au détail cette année. »

La Brookings Institution affirme que « La demande latente de e-commerce sur les marchés émergents reste importante. »

Ne manquez pas notre article : Croissance du e-commerce : les marchés émergents sont essentiels

 

Des changements dans l'entrepôt

4. Des robots plus intelligents

Gartner prévoit que l'automatisation des entrepôts et la transformation numérique réduiront les coûts de stockage de 30 % en Amérique du Nord et en Europe d'ici 2024. Une grande partie de cette réduction sera l'arrivée de robots hautement qualifiés, polyvalents ou à double emploi pour remplacer les robots spécialisés dans une seule tâche. La prochaine génération de machines sera capable d'effectuer plus d'une tâche. Imaginez une machine intelligente capable d'effectuer l'inventaire d'un entrepôt, de réapprovisionner les rayons et de nettoyer les sols.

5. La configuration d'entrepôts pilotée par l'IA

Le nouveau centre de distribution d'Amazon à Sydney, en Australie, utilisera l'intelligence artificielle pour stocker 50 % de plus par mètre carré, accélérant les délais d'expédition et permettant une plus grande sélection de produits.

Ne manquez pas notre article : Amazon ouvre 8 nouveaux sites logistiques en Allemagne

 

6. Plus de micro-centres de distribution

Partout dans le monde, les commerçants expérimentent davantage les micro-centres de distribution, de petits espaces sur site consacrés au traitement des commandes en ligne destinées à être retirées par les clients ou par des spécialistes de la livraison tiers. Walmart fait partie des nombreuses entreprises qui étendent l'utilisation de la micro-expédition, qui propose généralement aux acheteurs de se déplacer et de scanner des codes pour recevoir leurs commandes.

Les investissements dans des entreprises telles que Fabric, une société américaine qui fournit une technologie automatisée de micro-expédition pour les produits alimentaires et les commerçants de marchandises diverses, augmentent parallèlement à la croissance du marché de la livraison le jour même.

Il faut s'attendre à voir davantage de casiers de vente au détail dans les supermarchés, les centres commerciaux, les immeubles de bureaux et autres lieux publics.

Ne manquez pas notre article : Les casiers intelligents bouleversent la livraison de colis

 

Des changements dans la livraison

7. Des livraisons à faibles émissions, voire sans émissions

B-Line Urban Delivery, à Portland, dans l'Oregon, a deux sources de revenus. L'une d'entre elles est son activité de livraison logistique du dernier kilomètre, qui consiste à effectuer des livraisons à l'aide de grands vélos-cargos personnalisés, équipés de conteneurs volumineux qui transportent des colis. L'autre source de revenus provient de la vente de publicités sur les conteneurs, dont l'aspect visuel est saisissant. B-Line et d'autres répondent au souhait des villes et des entreprises de trouver des moyens de réduire les émissions et la congestion automobile.

8. Des partenariats créatifs entre vendeurs et livreurs

Bed, Bath & Beyond va s'associer à Uber Eats pour lancer une verticale "bébés et enfants" qui vendra et livrera le jour même des couches, des lingettes, des aliments pour bébés et autres articles aux nouveaux parents. Les produits de 750 magasins Bed Bath & Beyond sont disponibles pour une livraison à la demande via les applications Uber et Uber Eats.

Des changements dans l'expérience client

9. Une utilisation accrue de la recherche vocale

Les vendeurs en ligne doivent optimiser leurs sites pour la recherche vocale mobile, dont l'utilisation s'est accrue avec l'amélioration des assistants vocaux sur les téléphones mobiles et les appareils intelligents. Selon Entrepreneur, le nombre d'acheteurs vocaux devrait augmenter de 55 % en 2022.

Les vendeurs doivent donc s'assurer que la recherche vocale rend les informations couramment demandées - adresse web, adresse physique, numéro de téléphone et heures d'ouverture - facilement accessibles via la voix. Le magazine Entrepreneur recommande aux vendeurs en ligne d'adopter des stratégies qui identifient et classent les mots-clés et les expressions les plus susceptibles d'être utilisés dans les recherches vocales.

10. La réalité augmentée (RA) pour « voir » ce que vous achetez

Jusqu'à présent, la RA a surtout intéressé les marques de vêtements, car elle permet aux consommateurs d'essayer virtuellement les vêtements qu'ils envisagent d'acheter. Mais Oracle Netsuite conseille vivement aux entreprises ayant d'autres types d'activités de prendre note des progrès rapides de la technologie de la RA.

Les consommateurs qui rénovent leur maison, par exemple, voudront utiliser la RA pour "voir" à quoi ressemblera leur nouvelle pièce avant d'accepter de la rénover. La réalité augmentée peut leur montrer le revêtement de sol, la couleur des murs, les meubles, les œuvres d'art, etc.

11. La personnalisation sous stéroïdes

Les vendeurs en ligne s'appuient de plus en plus sur l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique pour prédire les habitudes d'achat individuelles en fonction de l'historique de navigation et d'achat de leurs clients. Dans le même temps, selon Deloitte, les consommateurs sont de plus en plus disposés à partager leurs données personnelles en échange de la perspective de produits et de services personnalisés ou sur mesure. C'est ce que Deloitte appelle la "personnalisation de masse".

Un exemple : Enfamil, qui demande aux futures mères la date d'accouchement de leur bébé et leur envoie des informations personnalisées tout au long de leur grossesse.

Selon une étude de Big Commerce, les commerçants qui ont pu faire évoluer la personnalisation ont augmenté leurs revenus de 25 %.

Ne manquez pas notre article : Hyper-personnalisation des parcours d'achat : Analyse des stratégies déployées chez les leaders du e-commerce

 

Sur le Back End

12. Le e-commerce open source

Les systèmes logiciels open source ont été populaires auprès des petits acteurs du e-commerce alors que les grandes entreprises ont eu tendance à privilégier les solutions propriétaires. Cette situation est en train de changer, notamment en ce qui concerne les fonctionnalités de l'interface utilisateur (marketing, catalogues de produits, panier et caisse, état des commandes, chat et assistance, gestion des comptes) et un ensemble plus restreint d'API.

Selon McKinsey, les logiciels open source offrent généralement plus de vitesse et de flexibilité, et les grands e-commerçants ont surmonté la plupart de leurs doutes concernant l'évolutivité, la sécurité et les exigences de support. McKinsey déclare

« L'open source pour le e-commerce est une option de plus en plus viable pour les grandes entreprises, en particulier pour celles qui possèdent les talents d'ingénieur requis et considèrent le commerce électronique comme une considération stratégique importante. »

La recherche vocale dans l'e-commerce

Source : globalbankingandfinance.com

Bérangère D'Henry

Bérangère D'Henry

Recevez la newsletter Sensefuel

Un concentré d’informations et de conseils autour du e-commerce et de l’expérience client, directement dans votre boite mail