Zalando veut tripler son chiffre d'affaires d'ici 2025

Publié le 19 mars 2021 | 3 min de lecture

L'an dernier, Zalando a connu une croissance de 30 % grâce à un quart de clients supplémentaires. L'acteur du e-commerce compte poursuivre sur sa lancée et même tripler son chiffre d'affaires, qui passera de dix à trente milliards d'euros d'ici 2025.

39 millions de clients

Zalando se sent "plus fort que jamais" : en effet, la crise du Covid-19 n'a fait que rassurer la plateforme de mode allemande, qui a vu ses ventes augmenter de 23% à près de 8 milliards d'euros. Le volume total des ventes (GMV) a atteint 10,7 milliards d'euros, soit une augmentation de 30%.

Le bénéfice net s'est élevé à 226 millions d'euros, soit nettement plus que les 100 millions d'euros de l'année précédente. Les clients ont retourné moins de commandes en raison de la crise de Covid-19, admet Rubin Ritter, co-PDG démissionnaire. Cela a eu un effet positif sur les chiffres des bénéfices. Cependant, le taux de retour reste autour de 50%.

L'année dernière, Zalando a atteint 39 millions d'utilisateurs, un quart de plus que l'année précédente. L'Europe du Sud a généré la plus forte croissance au cours de l'année Covid. Dans cette région, beaucoup plus de consommateurs ont trouvé le chemin du commerce électronique en raison de plusieurs confinements. Aujourd'hui, plus de la moitié du volume provient de l'extérieur de la région germanophone DACH (Allemagne, Autriche, Suisse).

Ne manquez pas notre article : L'impact du Covid-19 sur les tendances de consommation en Europe

 

"Zalando n'est plus simplement en ligne"

La société estime que la pénétration en ligne continuera d'augmenter, car la hausse des ventes s'est poursuivie au cours de l'été, lorsque les magasins étaient ouverts. Le Covid-19 a particulièrement accéléré les tendances existantes, telles que la disparition des frontières entre le online et le offline. La stratégie de plateforme utilisée par Zalando s'avère donc être "vraiment la bonne décision", déclare le co-PDG Robert Gent.

"Zalando n'est plus seulement en concurrence en ligne mais sur l'ensemble du marché de la mode." Robert Gentz, co-PDG de Zalando

Elle y parvient principalement grâce à son programme de partenariat, dans le cadre duquel les magasins brick-and-mortar sont ouverts numériquement sous la bannière du "commerce connecté". De cette façon, les magasins qui ont dû fermer pendant la pandémie ont pu continuer à vendre leur stock en ligne. Pour Zalando, connecter des magasins physiques signifie moins de stocks et plus d’envergure, tandis que pour les marques partenaires et les détaillants, la portée augmente considérablement.

Zalando se concentre également sur des services supplémentaires pour les marques partenaires, notamment en ce qui concerne l'exécution des commandes et le marketing. Aujourd'hui, environ 40% du volume commercial proviennent déjà de partenaires, et d'ici 2025, il devrait en représenter la moitié. Cette année, le commerçant en ligne souhaite avoir des magasins affiliés dans treize pays et toucher trois fois plus de détaillants. "Ce n'est que le début de l'intégration des systèmes en ligne et hors ligne", déclare Gentz. D'ici 2025, 75% de tous les magasins de mode physiques devraient être connectés à la plateforme.

Le Google de la mode

La promesse est simple : Zalando veut être le "Google de la mode". La plateforme prétend déjà être le site web de mode le plus visité d'Europe, avec une fois et demie plus de visiteurs que H&M, et souhaite également disposer de la plus grande application de mode du continent. En fait, 57% des commandes sont passées via l'application. Sur les cinq plus grands marchés de l'entreprise, dont le Benelux, l'entreprise atteint plus de 20% de la population.

Ces tendances relèvent par conséquent les objectifs à long terme : si l'acteur du e-commerce a déjà quadruplé ses ventes depuis 2014, Zalando veut désormais les tripler à nouveau d'ici 2025. Cela signifierait une croissance annuelle de 20 à 25% et un volume total de 30 milliards d'euros. La société vise également une part de marché de 10%, avec laquelle elle revendiquerait le leadership du marché online et offline. Sa part de marché actuelle est de 3%.

Réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre

Parallèlement, l'entreprise relève ses objectifs de développement durable : d'ici 2023, 25% du volume total des échanges devraient être constitués de produits plus durables. Auparavant, l'ambition était de 20% du volume commercial global. "Par rapport à 2017, nous avons réduit de moitié nos émissions de gaz à effet de serre, de sorte qu'aujourd'hui nous pouvons déjà dire que nous sommes climatiquement neutres dans nos propres opérations, livraisons et retours", déclare Rubin Ritter. Ce résultat est remarquable car le dirigeant souligne que l'industrie de la mode émet deux fois plus de dioxyde de carbone que l'industrie aérienne.

Ne manquez pas notre article : Zalando ouvre la voie à un e-commerce plus respectueux du climat

Par conséquent, son entreprise investit également dans des initiatives et des collections circulaires et souhaite guider ses partenaires afin que 90% d'entre eux aient également des objectifs climatiques scientifiques d'ici 2025.

Infographie : la fonction de recherche sur les sites e-commerce de mode

Source : retaildetail.eu

Bérangère D'Henry

Bérangère D'Henry

Recevez la newsletter Sensefuel

Un concentré d’informations et de conseils autour du e-commerce et de l’expérience client, directement dans votre boite mail