Le e-commerce américain en passe de connaître sa première année à 1 billion de dollars

Publié le 24 mars 2021 | 3 min de lecture

La pandémie COVID-19 a dopé les achats en ligne aux États-Unis de 183 milliards de dollars, selon un nouveau rapport de la division e-commerce d'Adobe, publié le 15 mars. Ce chiffre représente l'augmentation des achats en ligne entre mars 2020, date du début de la pandémie aux États-Unis, et février 2021. Pendant cette période, les consommateurs américains ont dépensé un total de 844 milliards de dollars en ligne. Parallèlement, 813 milliards de dollars ont été dépensés au cours de la seule année civile 2020, soit une hausse de 42% par rapport à 2019. Pour mettre ces 183 milliards de dollars en perspective, Adobe note que c'est presque la taille de la dernière saison de shopping des fêtes de fin d’année, lorsque 188,2 milliards de dollars ont été dépensés en ligne au cours des mois de Novembre et décembre 2020. La firme s'attend à ce que cette croissance se poursuive dans les années à venir, pour atteindre 1 billion de dollars d'ici 2022.

La pandémie a servi d'accélérateur à de nombreuses industries, les poussant des années plus loin que là où leur croissance naturelle les aurait autrement conduites.

Le e-commerce a également bénéficié de cette tendance, car les consommateurs ont dû passer des commandes à domicile, les commerçants dits “non essentiels” ont fermé leurs portes et les achats physiques ont été remplacés par le commerce en ligne pour de nombreux consommateurs. Selon Adobe, la pandémie elle-même a produit un "changement d'étape rare dans les dépenses en ligne, équivalant à une augmentation de 20%", et a noté que les impacts se poursuivront même si la pandémie prend fin dans les mois à venir.

Les analystes d’Adobe, par exemple, ont noté que les deux premiers mois de 2021 (janvier-février 2021), avaient déjà enregistré des dépenses de consommation de 121 milliards de dollars aux États-Unis, soit une augmentation de 34% d'une année sur l'autre.

Pendant cette période également, la méthode d'achat en ligne  "buy-now-pay-later"  a bondi de 215% par rapport à l'année précédente, avec des commandes 18% plus importantes, ce qui constitue un autre facteur de croissance des ventes induites par ces changements.

Ne manquez pas notre article : TikTok profite de la poussée du e-commerce aux États-Unis pour défier Facebook

Adobe prévoit que les taux de croissance actuels se poursuivront et que le chiffre d'affaires de l'année civile 2021 se situera entre 850 et 930 milliards de dollars. La société prévoit ensuite que 2022 sera la première année où le commerce électronique américain atteindra un billion de dollars.

Au-delà de l'augmentation des ventes de e-commerce, la pandémie pourrait également avoir entraîné d'autres changements durables dans la façon dont les gens font leurs achats et dans ce qu'ils achètent.

Selon Adobe, l'adoption des services d'enlèvement en magasin et sur le trottoir a augmenté de 67 % par rapport à l'année précédente, en février 2021. Les consommateurs semblent très réceptifs à ce modèle hybride d'achat, une récente enquête d'Adobe ayant révélé que 30 % des consommateurs américains préfèrent en fait l'enlèvement à la livraison standard, par exemple.

Le passage à des achats en ligne réguliers pourrait avoir des répercussions ultérieures sur les "jours fériés" typiques qui, par le passé, ont attiré des augmentations plus importantes de l'activité des acheteurs. Selon Adobe, le commerce du Memorial Day 2020 a connu une croissance inférieure de 20 % à celle des autres jours de la semaine et a généré 32 millions de dollars de recettes en moins. La fête du travail et la fête des Présidents ont connu des tendances similaires. Et notamment, les cinq jours compris entre Thanksgiving et le Cyber Monday 2020 ont également contribué pour 9 % de moins au chiffre d'affaires de la période des fêtes, soit 600 millions de dollars.

Cependant, certains indices indiquent que les commerçants ne se sont pas tout à fait adaptés à l’afflux de nouveaux acheteurs en ligne. Les messages “Rupture de stock” étaient courants, avec un pic en juillet 2020, où le nombre de ruptures de stock a été multiplié par trois par rapport à la période précédant la pandémie. Et en janvier 2021, les messages de rupture de stock étaient quatre fois plus nombreux qu'avant la pandémie. Ce phénomène était particulièrement fréquent dans les secteurs des produits de grande consommation, des produits pour animaux de compagnie et des fournitures médicales, a déclaré Adobe.

L’alimentaire en ligne a également bénéficié du changement de comportement des consommateurs et ne montre aucun signe de ralentissement. En février 2021, la catégorie était en hausse de 230% par rapport à janvier 2020, avant la pandémie.

Ne manquez pas notre article :  Les marques américaines adoptent le live streaming pour booster leurs ventes e-commerce

Contrairement aux enquêtes auprès des consommateurs, les données d'Adobe proviennent des tendances observées directement dans Adobe Analytics, qui couvre plus de  1 000 milliards de visites sur les sites de vente au détail américains et plus de 100 millions de références, ce qui lui donne un aperçu plus complet et en temps réel de l'industrie du e-commerce et des dépenses des consommateurs aux États-Unis.

Analyse comparative de l’utilisation de la fonction de recherche dans l’e-commerce  et de ses apports  dans les différents secteurs du commerce.

Source : techcrunch.com

Bérangère D'Henry

Bérangère D'Henry

Recevez la newsletter Sensefuel

Un concentré d’informations et de conseils autour du e-commerce et de l’expérience client, directement dans votre boite mail