Partout en Afrique, dans ses villes encombrées et ses villes et villages en pleine mutation, les bâtiments sont peints avec le bleu du logo Tecno et les panneaux d’affichage vantent l’attrait de la marque. Du Grand Marché de Bamako, la capitale du Mali, au centre d’affaires de Nairobi au Kenya, où des tours entières de 20 étages sont incrustées du logo Tecno, les Africains sont bombardés.

Si vous ne voyagez pas fréquemment sur le continent, vous vous demandez sans doute “Qu'est-ce que Tecno ?”  Tecno est une marque spécifique à l'Afrique créée par Transsion, un fabricant de  téléphones mobiles basé à Shenzhen, en Chine. La semaine dernière, la société fondée en 2006 et cotée sur le Star Market - le Nasdaq de Shanghai - a clôturé à plus de 60% le premier jour de sa capitalisation boursière d’environ 6,5 milliards de dollars.

Tecno-Logo-1140x694

L'interaction de l'Afrique avec le monde est de plus en plus dynamique. Transsion, qui a vendu l'an dernier plus de 100 millions de téléphones portables, a prouvé que vous pouvez y faire de l'argent si vous déterminez ce que les gens veulent et ce qu'ils peuvent se permettre.

À partir de 2008, Transsion a ciblé spécifiquement le continent africain, évitant le marché chinois encombré pour se concentrer sur une nouvelle frontière où la population devrait doubler au cours des 30 prochaines années.

Ne manquez pas notre article : La croissance du e-commerce donne naissance à un consommateur africain digital et sophistiqué

En commençant par les téléphones à fonctionnalités de base, Transsion a développé son offre technologique pour répondre aux goûts des Africains, en s'appuyant sur des informations provenant de centres de recherche établis au Nigeria et au Kenya. De nombreux téléphones Transsion ont des emplacements pour plusieurs cartes SIM pour permettre aux clients de passer des appels à bas prix de fournisseur à fournisseur et éviter les interruptions de couverture. La durée de vie de la batterie a été prolongée, ce qui est vital pour les utilisateurs situés dans des endroits où l'électricité peut-être intermittente. Les combinés sont adaptés à des langues telles que l'amharique et le swahili.

Alors que les smartphones représentent aujourd'hui plus d'un tiers de son offre, l’entreprise Transsion concentre ses efforts sur le marché des appareils de milieu de gamme, en maintenant le coût à environ 100 dollars pour la plupart des appareils. Fait inhabituel, elle offre également un service après-vente.

Transsion, dont les ventes en Afrique ont dépassé celles de Samsung en 2017, a vu une opportunité là où d'autres ne l'ont pas vue. Alors que l'Occident considère encore trop souvent le continent comme un espace caritatif, de nombreuses entreprises chinoises y voient une opportunité commerciale.

Il est vrai que la plupart des personnes en Afrique sont pauvres. Au Kenya, pays à l'économie relativement prospère, le produit intérieur brut par habitant n'est encore que de 3 000 dollars. Pourtant, la population du continent croît plus rapidement que n'importe où sur terre et - dans ses économies les plus prospères - le revenu par habitant double chaque décennie environ. 

Les entreprises chinoises s'installent sur le terrain. En 2018, Tecno est devenue la cinquième marque la plus appréciée en Afrique, selon Brand Africa, placée entre Coca-Cola et Puma, et avec Apple en sixième. Itel et Infinix, ses deux autres marques, occupent les 17e et 26e places.

Alors que la plupart des entreprises s'installent en Afrique après coup, Transsion a inversé la tendance en utilisant l'Afrique pour innover et tester la robustesse de son offre. Elle vend maintenant des téléphones en Inde et en Amérique latine.

Ne manquez pas nos articles :

Transsion teste également l’Afrique en tant que centre manufacturier, ce qui pourrait devenir plus pratique avec l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale africaine. L’entreprise a ouvert deux usines de fabrication en Éthiopie, qui poursuit une politique industrielle similaire à celle de l'Asie, ainsi que des usines en Chine, en Inde et au Bangladesh.

En collaboration avec Huawei et ZTE, les équipementiers chinois qui ont relié le continent pratiquement à eux seuls, Transsion a contribué à mener la révolution des télécoms en Afrique. Alibaba a testé sur le terrain son système Alipay en Afrique du Sud et WeChat a noué un partenariat avec l’offre de monnaie mobile M-Pesa au Kenya.

Pour être juste envers les entreprises occidentales, certaines, dont Vodafone, Orange et Facebook, dont le service de messagerie WhatsApp est omniprésent, ont également compris le potentiel du consommateur africain. 

Et si la Chine a été plus avisée sur le plan commercial, les gouvernements occidentaux ont financé des programmes humanitaires que Beijing n'aurait jamais envisagés. Il n’existe pas de Pepfar chinois (le plan d'urgence du président américain pour la lutte contre le sida). Et c'est le CDC group, l'institution de financement du développement du Royaume-Uni, qui a financé le système de transfert d'argent M-Pesa sur lequel repose une grande partie de l'écosystème du e-commerce du continent.

Cet écosystème est extraordinairement inventif. Les start-ups offrent des services allant de l'électricité hors réseau aux conseils agricoles, en passant par les médicaments à prix réduits aux camions de transport commandés à la manière d’Uber. Jack Ma, fondateur d’Alibaba, s’est également intéressé au potentiel de l’Afrique en lançant le prix Netpreneur d’un montant de 1 million de dollars.

Quand la plupart des gens pensent à la Chine en Afrique, ils pensent à l'exploitation minière et à la construction. Mais les choses bougent. L'action principale se déroule maintenant au niveau du e-commerce.

Nouvelle étude Sensefuel sur « La fonction de recherche sur les sites e-commerce de mode  »

Source : www.ft.com

Vu dans cet article :

Pour aller plus loin :