février 21, 2020 marketplace

Jeff Bezos investit 10 milliards de dollars de fonds propres pour lutter contre le changement climatique

Subscribe to Email Updates

Le PDG d'Amazon, Jeff Bezos, a annoncé lundi un engagement de 10 milliards de dollars, de son argent personnel dans le nouveau fonds Bezos Earth Fund pour lutter contre le changement climatique.

"Le changement climatique est la plus grande menace pour notre planète", a écrit Bezos. "Cette initiative mondiale financera des scientifiques, des militants, des ONG (organisations non gouvernementales) - tout effort qui offrira une réelle possibilité d'aider à préserver et à protéger le monde naturel."

Le fonds commencera à octroyer des subventions cet été, a déclaré Bezos. L'engagement de 10 milliards de dollars permettant d’initier l'effort, ce qui suggère qu'il contribuera davantage à l'avenir.

Qu'il le fasse "dépendra probablement de la réaction à cet investissement", a déclaré Rob Enderle, analyste au sein du groupe Enderle.

Les réactions à l'annonce

Ces 10 milliards de dollars "ne sont pas suffisants", a déclaré Charlotte Tate, responsable des campagnes sur la justice du travail chez Green America. "S'il est bon que Jeff Bezos reconnaisse enfin que nous sommes confrontés à une crise climatique, il doit s'attaquer plus rapidement et plus efficacement aux émissions climatiques massives d’Amazon afin de créer des solutions durables", a-t-elle déclaré au E-Commerce Times.

Amazon a émis 44,4 millions de tonnes de dioxyde de carbone en 2018, une quantité qui, selon Green America est "plus importante que les émissions d'UPS, de FedEx, d'Apple, d’Alphabet et de Microsoft réunis”.

"Nous applaudissons la philanthropie de Jeff Bezos mais une main ne peut pas donner ce que l'autre reprend", ont déclaré certains de ses employés regroupés depuis plusieurs mois au sein d'une association, « Amazon Employees For Climate Justice » (AECJ).

L'AECJ a souligné qu'Amazon a signé des contrats avec des compagnies pétrolières et gazières pour ses services; qu'elle finance des groupes de réflexion comme le Competitive Enterprise Institute, qui nie le changement climatique; qu'elle menace de licencier ses employés pour s'être exprimés publiquement sur son rôle dans la crise climatique.

Ne manquez pas notre article : Vendredi noir pour Amazon : ses employés ont protesté à travers l'Europe contre leurs conditions de travail

"Les gens semblent souvent vouloir être critiques avant d’en connaître davantage sur ce qu'ils critiquent, et travaillent donc en dépit du bien dans de nombreux cas", a déclaré Rob Enderle au E-Commerce Times. "Si nous voulons que des gens riches fassent des dons à des causes comme celle-ci, il serait peut-être sage de réduire les critiques."

De nombreuses entreprises technologiques ont annoncé des efforts pour lutter contre le changement climatique."Presque tous les géants de la technologie se concentrent sur la réduction du coût d'utilisation de l'énergie dans les Data Centers. C'est dans leur propre intérêt", a déclaré Ray Wang, analyste chez Constellation Research."Cependant, peu de PDG des technologies ont promis des initiatives vertes", a-t-il ajouté.

L'entreprise, les affaires, l'éthique

"Les décisions commerciales ne peuvent plus être prises en ayant uniquement en tête les bénéfices", a déclaré Charlotte Tate de Green America. "L'avenir de notre société et de notre planète doit être intégré dans toutes les décisions commerciales, et les grandes entreprises comme Amazon ont la responsabilité de prioriser la prise de décision éthique."

Elle a suggéré à Amazon de prendre les mesures suivantes:

  • Ne pas renouveler ses contrats avec les sociétés pétrolières et gazières;
  • Ne pas chercher de nouveaux contrats avec elle; et
  • Annoncer publiquement cet engagement, en donnant une date pour mettre fin à tous les contrats avec les sociétés pétrolières et gazières.

Si Amazon devait se retirer de l'industrie du pétrole et du gaz, elle pourrait perdre du terrain face à Google et Microsoft, qui travaillent également avec l'industrie.

"Il n'y a aucune raison commerciale de se retirer de cette activité", a déclaré Ray Wang. "Le fait d'être dans l'industrie peut aider Amazon à trouver des solutions pour que les entreprises à forte intensité énergétique et à base de carbone passent à des alternatives plus vertes."

Le but de toute entreprise est sans doute de faire de l'argent d'abord. Cependant, cela pourrait changer : le personnel, les investisseurs et les actionnaires faisant maintenant pression sur les entreprises sur des questions telles que le changement climatique.

L'AECJ a écrit une lettre ouverte à Jeff Bezos et au conseil d'administration d'Amazon en avril dernier. Près de 1800 employés d'Amazon ont organisé une grève à l'appui d'une grève climatique mondiale l'automne dernier. Les actionnaires activistes ont fait pression sur Amazon à propos du changement climatique et d'autres questions. En outre, 251 investisseurs institutionnels dans le monde ont appelé à une action des entreprises sur la déforestation et les incendies de forêt dans la forêt amazonienne.

L'automne dernier, la Securities and Exchange Commission des États-Unis a proposé des modifications à la règle 14a-8 pour moderniser le processus d'inclusion des propositions d'actionnaires dans les déclarations de procuration. L'amendement "rendrait plus difficile pour les actionnaires de déposer des résolutions", a souligné Charlotte Tate. "Les résolutions des actionnaires ont été très efficaces pour résoudre les problèmes environnementaux, sociaux et de gouvernance des entreprises depuis des années."

Green America, ainsi que Americans for Financial Reform et As You Sow, ont déposé une pétition avec 18 000 signatures contre l'amendement.

Ne manquez pas notre article : [supply chain e-commerce] Intégrer le développement durable pour répondre à une croissance rapide

Être bon nécessite plus d'engagement

Les grandes entreprises de haute technologie se sont engagées à lutter contre le changement climatique. Toutefois, leurs plans sont peut-être plus médiatisés que la réalité, selon Greenpeace.

L'engagement d'Amazon en faveur des énergies renouvelables couvre ses propres opérations et sa consommation d'électricité, mais laisse de côté sa chaîne d'approvisionnement, qui constitue par exemple plus de 75% de son empreinte carbone globale.

Amazon, comme Microsoft et Google, inclut les crédits d'énergie renouvelable (CER) dans ses calculs d'empreinte carbone. Les CER confirment qu'un mégawattheure d'électricité est généré et livré au réseau à partir d'une ressource énergétique renouvelable. Cependant, les CER peuvent être achetés, et la déclaration de ces derniers permet aux entreprises de prétendre qu'elles fonctionnent avec de l'énergie propre alors qu'en réalité elles ne le font pas.

Se débarrasser des CER n'est cependant pas une solution, car "ce modèle garantit qu'ils budgétisent les compensations", a souligné Ray Wang.

observatoire des pratiques de recherche 2020

Source : ecommercetimes.com

Crédit photo : flickr.com

Vu dans cet article :

Pour aller plus loin :