juin 20, 2018 trends

[e-commerce] Quand la livraison par drones prend son envol en Chine

Subscribe to Email Updates

Lundi matin, le village de Zhangwei est paisible. Les poules gloussent sur le bord de la route, les villageois utilisent leurs bêches en bois pour sécher le grain sur une partie de l'autoroute, s’assurant que la circulation puisse encore passer de l'autre côté. Au même moment, au centre communautaire, situé au cœur du village, deux éléments indiquent qu’un exploit logistique ultra-sophistiqué est sur le point d’avoir lieu : un cercle de pelouse synthétique posé dans la cour centrale et un panneau d'affichage sur la facade du bâtiment arborant le logo de JD.com, deuxième plus grand détaillant en ligne de Chine.

Le géant chinois du commerce électronique JD.com investit dans les drones pour permettre à la population rurale chinoise (600 millions d'habitants) de faire du shopping en ligne.

C’est d’abord un faible bourdonnement qui brise le calme tandis qu'un point apparaît à l'horizon. Le drone rugit, plane un moment, puis descend vers le cercle vert comme une mante religieuse, trois groupes d'hélices agitant l'air dans des volutes de paille et de poussière. Juste à quelques mètres du sol, le drone laisse tomber une boîte en carton rouge, ornée de la mascotte joyeuse de JD.com puis remonte dans le ciel et disparaît. Le spectacle aura duré 20 secondes.

jd.com-drones

Il s’agit d’un nouveau type de chaîne logistique, du premier programme opérationnel de livraison par drones au monde. Alors que le géant américain Amazon a publié de nombreuses vidéos promotionnelles sur ses plans de livraison par drones, il ne commencera ses activités commerciales qu'en 2020. Pendant ce temps, JD.com a passé l'an dernier à construire un véritable réseau de distribution de drones, avec une quarantaines de drones livrant ses produits.

Zhangwei reçoit actuellement quelques paquets chaque jour, chaque boîte contenant plusieurs commandes effectuées via l'application de shopping de JD.com. Grâce à ces drones, qui fonctionnent de manière autonome et sans surveillance humaine (bien que surveillés à distance), les habitants de ce petit village peuvent désormais passer commande et être livrés le jour même, comme les acheteurs urbains de Pékin, New York ou Londres.

A lire également, notre article : JD.com, le géant chinois du e-commerce ouvre un bureau à Paris

Les aspects pratiques de la livraison par drones n'ont de sens qu'en milieu rural

En effet, voler dans des environnements urbains chaotiques est trop difficile pour la technologie existante. Les villes densément peuplées génèrent suffisamment de commandes sur une petite surface pour être livrées fréquemment, en camionnette alors que les commandes rurales, plus dispersées, se traduiraient par des délais de livraison de plusieurs jours voire d'une semaine.

Selon les chiffres officiels, quelques 600 millions de Chinois vivent en zone rurale et leurs habitudes d'achat encouragent le boom du e-commerce qui a augmenté de 39% en 2017 dans les zones rurales, atteignant 1,24 milliard de yuans (soit 183 milliards de dollars). JD.com voit des avantages à fournir une livraison rapide et fiable en milieu rural, l'aidant à prendre une plus grande part de l’activité e-commerce.

Selon le e-commerçant, faire une livraison par drone coûte un cinquième du prix d’une livraison effectuée par un homme dans un camion. Liu Qiangdong, Directeur Général de JD.com, affirme que la livraison par drones réduira les coûts de 70% une fois qu'elle aura été étendue à travers tout le pays. Les villageois ont tendance à acheter de la lessive, des accessoires pour leurs téléphones, des produits de maternité et des aliments frais. L'entreprise a effectué 20 000 livraisons de ce type à ce jour.

La ville de Suqian, près de Zhangwei, a été choisie comme premier centre de livraison par drones de JD.com en raison du terrain plat de la région qui facilite le vol des appareils. Suqian est également la ville natale de Liu Qiangdong. Deux centres d’expédition par drones sont présents dans la région et couvrent 15 villages. D’autres bases situées dans la province du Shaanxi couvrent un total de 100 villages.

Une fois que la cargaison du drone a atteint le sol, son contenu est confié au «facteur» pour être livré. Il s'agit soit d'un agent local de JD.com, dont le travail est essentiellement d'enseigner aux villageois comment utiliser l'application shopping de JD.com, ou d'un employé de la principale plateforme de crowdworking chinoise : Dada.

Zhang Xiaoyan, l’agent local de JD.com à Zhangwei prend possession de la marchandise et appelle les propriétaires des colis pour savoir s'ils sont chez eux. Un seul y est. Il laisse alors les deux autres colis dans la boutique locale et se rend à pied au domicile de la famille Jiang. Le fils, qui a passé la commande, n'est pas à la maison. C’est sa mère qui l'accepte pour lui. Il s’agit d’un étui de téléphone, commandé la veille. Madame Jiang dit qu'elle est ravie du programme de livraison par drones qui lui permet de recevoir des produits à sa porte rapidement. Cependant, elle ne voudrait pas qu'il y ait plus de drones qui inondent le ciel.

JD.com a peut-être ajouté les drones à la vie quotidienne des villages chinois, mais il reste à savoir quel sera le ROI pour l'entreprise au fil du temps. Les modèles actuels de drones sont chers, même si JD.com affirme que le coût diminuera progressivement à mesure qu'il étendra le réseau et construira plus de drones (il prévoit de vendre ceux qu'il fabrique à d'autres entreprises, ainsi que de les utiliser pour ses opérations). Le gouvernement approuve ses opérations dans les zones rurales et envisage de construire une nouvelle gare à Suqian à côté de la base de drones de JD.com. Si le e-commerçant peut utiliser la livraison de drones pour réduire ses coûts et attirer les acheteurs ruraux, cela aidera l'entreprise à concurrencer son principal rival dans le commerce électronique, Alibaba, qui n'a pas encore perçu la valeur de la livraison des drones.

Observatoire-pratiques-recherche-e-commerce

Source : economist.com

Pour aller plus loin :

Crédits photos : 

  • Daniel Cukier - Flickr
  • Chen Feibo pour China Daily