Subscribe to Email Updates

Le COVID-19 a plongé le secteur de la vente au détail dans une spirale descendante. Le secteur, autrefois en plein essor, est désormais confronté à une diminution de la fréquentation des magasins, et les experts prévoient qu'il faudra peut-être des mois pour que le trafic reprenne et peut-être même des années avant que le commerce de détail ne retrouve son niveau d'avant la pandémie. Pour certains experts, le commerce de détail pourrait ne jamais retrouver son niveau d'avant l'épidémie.

Indéniablement, le climat actuel a eu un impact énorme sur l’industrie dans son ensemble, et aura forcément un impact sur l’avenir du commerce de détail. Une enquête menée par le cabinet mondial de conseil McKinsey a conclu que “la pandémie oblige certains détaillants à réévaluer leur empreinte et leur format futur”.

Le rapport a révélé qu'environ un tiers des dirigeants envisage de ne pas rouvrir les magasins peu performants, et une proportion similaire réévalue le lancement de nouveaux magasins. Reconnaissant les pièges de la vente au détail physique après que la pandémie ait frappé les communautés locales et mondiales, environ les trois quarts des cadres de l'habillement visent désormais à approfondir leurs offres de e-commerce.

Aujourd'hui plus que jamais, le e-commerce devrait dominer la sphère de la vente au détail. Au milieu de la pandémie, Alibaba - le géant chinois du e-commerce - a annoncé une solide croissance des ventes et a établi des perspectives optimistes pour 2021, grâce à l'évolution des tendances d'achat et des habitudes de consommation qui sont apparues lors de la pandémie.

Le géant du e-commerce a déclaré que ses recettes pour le quatrième trimestre de l'exercice ont augmenté de 22 %, s'élevant à 16,1 milliards de dollars US, dépassant ainsi les prévisions des analystes. Certaines marques de vente au détail tireront profit du succès d'Alibaba en entrant, à contrecœur ou de plein gré, dans une nouvelle ère du commerce de détail. 

Ne manquez pas notre article : [e-commerce Chine] JD.com & Alibaba voient leurs ventes exploser lors du 1er grand festival shopping Post-Pandémie

Selon une étude du cabinet de conseil Equite, les consommateurs chinois représentent environ 40% du marché mondial du luxe, et ce chiffre devrait atteindre 50% au cours de la prochaine décennie.

Naturellement, les marques de luxe du monde entier ont afflué vers ce marché lucratif : la maison de couture parisienne Balenciaga est l'une des dernières marques à avoir rejoint la plateforme e-commerce d'Alibaba, ouvrant son magasin Tmall en mai.

Parallèlement, la marque de mode américaine Michael Kors a lancé sa boutique numérique phare sur Tmall et collabore avec Alibaba depuis juillet de l'année dernière. En tête d'une série d'activités promotionnelles, Michael Kors a offert un nouveau service de personnalisation qui permet aux clients de faire peindre leurs sacs à main par des artisans ou de recevoir leur propre kit de peinture à domicile. Les acheteurs ont eu la possibilité d'interagir avec le designer éponyme lui-même via un quiz de personnalité et de recevoir un message et une recommandation de produit. 

"J'adore rencontrer mes clients, les aider à trouver les pièces parfaites pour leur style de vie et leur parler de la façon dont ils peuvent exprimer leur style personnel", a déclaré Michael Kors, comme le rapporte le média Adweek. 

Cette approche fait suite à une vague similaire qui remodèle les tendances du e-commerce en Chine : la montée en puissance du Live Streaming. Les résultats ont été remarquables. James Liang, président exécutif et ancien PDG de Trip.com, a généré 8,4 millions de dollars de ventes en vendant des forfaits de voyage par le biais du Live Streaming.

Ne manquez pas notre article : À l'intérieur d'un livestream e-commerce de 6 heures sur Taobao

Connaître le marché local

Une autre société américaine, Allbirds, a également fait son entrée sur le marché chinois en s'associant à Alibaba: “Être sur Tmall fonctionne pour deux raisons importantes. D'abord et avant tout, c'est là que se trouvent les consommateurs en Chine. Ensuite, grâce au fonctionnement de la plateforme, nous pouvons fonctionner comme une marque directe au consommateur” a déclaré Erick Haskell, président d'Allbirds International dans une vidéo.

Monsieur Haskell a expliqué qu'Allbirds était en mesure de contrôler le Look & Feel du site, ainsi que tous les engagements avec les consommateurs.

L'entreprise d'habillement a acquis une vision globale du marché chinois et des goûts des consommateurs et, à son tour, a adapté ses stratégies de marketing et ses styles d'interaction pour répondre à ces attentes.

Ne manquez pas notre article : [NRF NY] Voici ce que la marque Allbirds a appris sur le e-commerce en Chine

La leçon de la localisation est évidente ici, et elle ne se limite pas au commerce électronique. Netflix, le géant de la diffusion en continu, a tiré parti du concept de localisation pour accéder aux marchés émergents tels que la Malaisie et l'Inde. L'année dernière, la société a lancé un plan d'abonnement exclusivement mobile en Malaisie et en Inde, offrant des prix aussi bas que RM17 (4 dollars US) et RS199 (3 dollars US) par mois, répondant à la forte pénétration des utilisateurs mobiles dans ces régions.

L'entreprise a conclu un partenariat avec des services de télécommunications locaux pour optimiser leurs opérations et assurer une entrée en douceur sur ces marchés inexploités. "Chaque partenariat est unique, et c'est une excellente occasion pour nous de nous développer et de nous associer à ces organisations locales", a déclaré Ajay Arora, directeur de l'innovation produit chez Netflix.New call-to-actionSource : techhq.com 

Vu dans cet article :

Pour aller plus loin :