janvier 28, 2019 trends

Comment le Brexit affectera-t-il le e-commerce ? Le e-commerce transfrontalier va-t-il ralentir ?

Subscribe to Email Updates

En matière de e-commerce, le Royaume-Uni est le leader absolu en Europe. C'est une histoire à succès. Les acheteurs en ligne britanniques font plus d'achats et dépensent plus par rapport aux autres pays de l'UE - 86 % des internautes ont fait des achats en ligne en 2017 (Eurostat). Maintenant que le leader du commerce électronique quitte le marché unique européen du numérique, les vendeurs et les acheteurs en ligne sont dans l'incertitude.

Qu'est-ce que le Brexit apportera aux e-commerçants nationaux ? Comment cela affectera-t-il les vendeurs internationaux ? Les vendeurs devront-ils se conformer aux nouvelles réglementations ? Les acheteurs en ligne britanniques achèteront-ils davantage auprès de vendeurs en ligne nationaux, étant donné que les taxes et les droits de douane s'appliqueront aux commandes passées dans d'autres pays de l'UE ? Lorsque l'obligation de visa sera levée, quels seront les défis pour les acteurs du e-commerce transfrontalier qui, jusqu'à présent, ont embauché librement des employés d'autres pays de la zone euro ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions qui concernent les commerçants en ligne.

Ne manquez notre article : Le Royaume-Uni : 3ème plus grand marché m-commerce dans le monde

Dans cette quête de réponses, ou d'opinions provenant de sources fiables, Nina Angelovska, CEO & CoFounder de Grouper.mk, s’est tournée vers l'association européenne du commerce électronique et de l'omni-canal (EMOTA). L'EMOTA est un organisme de coordination européen qui promeut toutes les formes d'e-commerce, en mettant l'accent sur le caractère international de la vente à distance. Elle a posé quelques questions à Maurits Bruggnik, le secrétaire général, concernant les conséquences du Brexit sur les vendeurs en ligne au Royaume-Uni ainsi que sur le e-commerce transfrontalier.

Le Brexit a attiré l'attention de nombreux vendeurs en ligne internationaux. Y a-t-il de la place pour la panique ?

"Dans le cas d'un Brexit dur, ce qui me semble être le scénario le plus probable, nous assisterons à de sérieuses perturbations dans le commerce cross-canal puisque tous les produits devront passer par les douanes, les procédures de conformité des produits et d'autres éléments perturbateurs. Cela signifie de longues périodes d'attente pour les consommateurs qui attendent que leurs colis soient livrés. Étant donné que certaines catégories de produits ont un taux de retour allant jusqu'à 50 %, la question des retards sera encore plus importante. Cela conduira rapidement à un grave ralentissement du commerce électronique ", explique Maurits Bruggnik.

Selon l'IMRG MetaPack UK Delivery Index, les commandes des commerçants britanniques ont augmenté quelques mois après le référendum du Brexit en raison de la baisse de la livre sterling par rapport aux autres devises. Mais les données les plus récentes publiées en décembre 2018 indiquent que le ralentissement du commerce de détail s'étend également au commerce en ligne.

Quelles seront les conséquences du Brexit sur le e-commerce transfrontalier en Europe : douanes, délais de livraison, prix compétitifs, commodité ?

"La chute de la livre sterling ne compensera pas l'énorme perte de commodité pour les consommateurs, en raison des longs délais de livraison des colis. Si un acheteur est prêt à attendre longtemps pour une livraison de colis au bénéfice d'une différence de prix, le Royaume-Uni perdra toujours contre la Chine. En outre, les acheteurs devront également payer des droits de douane, ce qui peut être très important pour certaines catégories de produits. La catégorie de produits numéro 1 du e-commerce est celle des vêtements et c'est un domaine où les droits de douane sont encore élevés." indique Maurits Bruggnik.

Quels sont les règlements et directives concernés ?

"De nombreux textes législatifs importants de l'UE affectent le commerce électronique. Certains des plus récents : la directive relative aux droits des consommateurs (CRD), la RGPD, le règlement sur la livraison transfrontalière de colis, la directive interdisant le géoblocage, etc. Le Royaume-Uni ne modifiera pas toutes les lois communautaires qu'il a transposées en droit national. Prenons l'exemple de la CRD, qui accorde aux consommateurs un délai de réflexion de 14 jours. Il n'y a aucun avantage pour le Royaume-Uni à changer cela. Toutefois, avec le temps, je m'attends à ce que certaines législations deviennent plus favorables aux entreprises au Royaume-Uni. La législation qui limiterait l'utilisation des cookies par les boutiques en ligne peut être adoptée dans l'UE, mais il est peu probable qu'elle le soit au Royaume-Uni."

Ne manquez pas notre article : L’UE décide de nouvelles règles sur la livraison transfrontalière de colis

Et enfin, quelles seront les plus grandes implications du Brexit sur les marchés et les e-commerçants britanniques ?

"Les marchés et les détaillants britanniques auront du mal à faire du commerce avec les clients de l'UE s'ils ne règlent pas les problèmes de livraison et de droits de douane. Je vois les plus grands qui ouvrent des centres logistiques sur le continent et les plus petits qui ont du mal à s'en sortir."

Ne manquez pas notre article : Alibaba ouvrira son premier hub e-commerce européen en Belgique

Après tout, la situation reste incertaine. Le moment venu, les entreprises trouveront la meilleure solution, quel que soit l'avenir.

Nouvelle étude Sensefuel sur « La fonction de recherche sur les sites e-commerce de mode  »

Source : forbes.com

Vu dans cet article :

Pour aller plus loin :