Comment Alibaba a gagné le e-commerce en Amérique latine, deuxième marché à la croissance la plus forte en 2020

Publié le 27 juil. 2021 | 4 min de lecture

Ces derniers temps, l'attention s'est portée sur Aliexpress Russie, une coentreprise qu'Alibaba et ses partenaires russes ont entrepris pour attirer davantage d'entreprises américaines. Mais l'ascension d'Alibaba en Amérique latine fait rarement les gros titres, car elle est plus discrète et passe sous le radar. Pourtant, cette différence n'est guère surprenante lorsque l'on considère comment cette discrétion pourrait donner à Alibaba un avantage concurrentiel dans la région.

La concurrence actuelle et la pression de la mondialisation ont créé des géants régionaux comme MercadoLibre, incitant Alibaba à faire pencher le marché en sa faveur. En tant que tel, le groupe chinois va probablement utiliser des règles du jeu différentes et plus prudentes pour la région.

Le e-commerce en Amérique latine a atteint 200 milliards de dollars et est devenu le deuxième marché à la croissance la plus forte en 2020, selon l'étude Beyond Borders 2020/2021, publiée par la société fintech EBANX. Naturellement, la pandémie a provoqué une croissance spectaculaire du nombre de personnes qui achetaient en ligne pour la première fois. Selon cette étude, 52 millions de personnes en Amérique latine ont fait leurs achats en ligne pour la première fois pendant la pandémie, soit une augmentation des acheteurs numériques pouvant atteindre 30% dans certains pays.

« La pandémie a plus que doublé l'estimation des nouveaux consommateurs en ligne en Amérique latine », a déclaré Juliana Etcheverry, directrice de l'expansion LatAm et des partenariats stratégiques chez EBANX. Elle ajoute : 

« Les mesures d'isolement social adoptées tout au long de l'année, en plus des aides d'urgence versées par les collectivités locales via des comptes numériques, ont contribué à dynamiser le marché en ligne. »

Le Brésil, septième économie mondiale et pays dont le produit intérieur brut (PIB) est le plus élevé d'Amérique latine, a connu une croissance de 25 % de son nombre de consommateurs numériques en 2020, selon les chiffres recueillis par Beyond Borders 2020/ 2021. EBANX estime que le marché du e-commerce au Brésil augmentera de 19% en 2021, pour atteindre une valeur totale de 134 milliards de dollars.

Parallèlement, le Mexique est un marché où les achats sur mobiles ont dépassé ceux effectués sur ordinateurs. De plus, les ventes en ligne dans le pays ont bondi de 54% en 2020, selon Bloomberg.

Longtemps présenté comme une réussite du marché libre, le Chili est également en train de gagner le jeu du e-commerce. Ce pays d'Amérique du Sud devrait voir son volume de transactions en ligne doubler d'ici 2023.

Il est clair que les ambitions mondiales d'Alibaba ne peuvent être satisfaites sans s'installer et investir en Amérique latine. Actuellement, la plupart des revenus d'Alibaba proviennent de ses opérations en Chine. Mais l'empire du e-commerce de Jack Ma "est à un point où il commence à atteindre la saturation", a déclaré Gil Luria, directeur de la recherche chez D.A. Davidson, à CNBC. Il a souligné à quel point l'expansion dans les villes de rang inférieur en Chine n'est pas aussi «fertile» qu'elle l'était autrefois, et Alibaba doit conquérir les marchés internationaux pour soutenir sa croissance.

Ne manquez pas notre article : L’Amérique latine : l’un des marchés e-commerce les plus dynamiques au monde

Howard Yu, professeur de management et d'innovation à l'IMD Business School, soulève un point valable lorsqu'il évoque l'expansion d'Alibaba sur des marchés matures comme l'Europe occidentale et les États-Unis. Lors de l'émission "Capital Connection" de CNBC, Howard Yu a déclaré que la politique et la perception des données en Occident rendraient "presque impossible" une pénétration réussie des marchés internationaux.

Alibaba a compris que la possibilité de s'emparer d'une part de marché dominante dans les économies occidentales traditionnelles était négligeable, et a donc commencé à étendre sa présence en Amérique latine. C'est pourquoi, pendant la pandémie mondiale, le Cainiao Smart Logistics Network a signé un accord de coopération avec la compagnie aérienne américaine de transport de marchandises Atlas Air pour l'aider à cibler l'Amérique du Sud.

Selon l'accord, Atlas Air effectuera trois vols charters par semaine entre la Chine, le Brésil et le Chili. Selon Aircargo News, ce service permettra de réduire le délai de livraison du fret aérien entre la Chine et les marchés de destination d'une semaine à trois jours en moyenne. Cette avancée s'inscrit dans le cadre des ambitions d'Alibaba de parvenir à des délais de livraison mondiaux inférieurs à 72 heures.

Cette décision fait suite à l'augmentation soudaine des colis d'Alibaba vers l'Amérique du Sud. Au troisième trimestre 2020, Cainiao a transporté plus de huit millions de colis vers ce continent, soit le double du nombre transporté au cours du deuxième trimestre 2020, selon Aircargo News.

Contrairement aux opinions défavorables sur la Chine qui ont atteint des sommets historiques aux États-Unis et en Europe, l'Amérique latine voit la "marque chinoise" sous un jour positif. Le Council on Foreign Relations affirme que "l'innovation et la technologie sont des sources émergentes de l'influence de la Chine en Amérique du Sud, les entreprises chinoises devenant une source émergente de financement pour les startups locales."

Alibaba est l'un des géants chinois qui a réalisé des investissements majeurs dans des startups locales à succès. Par exemple, en mars 2018, Alipay s'est associé à Openpay, une plateforme de paiement numérique mexicaine. « L'accord permet aux 600 millions d'utilisateurs d'Alipay d'acheter auprès d'entreprises mexicaines qui acceptent les paiements Openpay », explique le média LAC iupana.

Pendant ce temps, après l'accord Alipay-Openpay, iupana a rapporté qu'Alibaba recherchait "d'autres alliances ou acquisitions en Amérique latine.”

Ne manquez pas notre article : L’Amérique latine : une région à fort potentiel pour le e-commerce

De l'avis de Michael Derham, partenaire chez Novam Portam, Alibaba "se développera par le biais d'acquisitions, plutôt que par la croissance organique" en Amérique latine. Et, jusqu'à présent, Alibaba a signé divers protocoles d'accord avec la Colombie, le Brésil, l'Argentine et le Mexique.

En mars, Javier Darío Fernández, directeur exécutif de Ruta N, un incubateur technologique et une coentreprise avec la ville colombienne de Medellín, a annoncé qu'Alibaba avait choisi Medellín comme nouveau point d'entrée en Amérique latine et en Colombie. Selon le cabinet d'études de marché GroupMav, on ne sait toujours pas quel type d'installations Alibaba établira en Colombie.

Dans l'ensemble, Alibaba sait comment tirer parti du potentiel du marché du e-commerce en Amérique latine, et le géant chinois bénéficie d'une image de marque positive dans la région. Selon une enquête Statista de 2020, 53 % des consommateurs de e-commerce interrogés au Brésil ont désigné Aliexpress comme étant la marque de e-commerce internationale à laquelle ils font le plus confiance.

New call-to-actionSource : jingdaily.com

Bérangère D'Henry

Bérangère D'Henry

Recevez la newsletter Sensefuel

Un concentré d’informations et de conseils autour du e-commerce et de l’expérience client, directement dans votre boite mail