Chine : ses importations e-commerce relèvent les défis du COVID-19

Publié le 11 mars 2021 | 5 min de lecture

Shanghai Ymatou Network Technology Co (Ymatou), une plateforme de e-commerce transfrontalière chinoise, a obtenu des centaines de millions d'euros d'investissement dans le cadre de son cycle de financement en mars, dirigé par la société chinoise CGP Investment.

La plateforme de e-commerce, basée à Shanghai, a été le premier site commercial transfrontalier indépendant à guichet unique en Chine. En 2017, elle a reçu environ 100 millions de dollars de financement, de la part d'investisseurs dont China Merchants Capital Management.

Le succès de la mise en commun des fonds de Ymatou représente le pouvoir d'achat croissant des consommateurs chinois malgré la pandémie de COVID-19, car cette dernière modifie le modèle de vente au détail traditionnel et a donné une forte impulsion aux plateformes d'achat en ligne. Elle profitera aux fabricants et exportateurs étrangers, selon les experts. 

Des importations en plein essor

Comparée à l'explosion des exportations chinoises par le biais du e-commerce, représentée par le géant de l'internet Alibaba, l'industrie chinoise de l'importation via le e-commerce a une histoire relativement courte. Cependant, la croissance de l'importation via le e-commerce a également été rapide grâce à la demande croissante de produits de qualité, de la part des consommateurs chinois.

Selon un rapport du think tank 100ec.com, les importations chinoises, via le e-commerce, ont atteint plus de 2,47 billions de yuans (379,4 milliards de dollars) en 2019, soit une hausse de 30% en glissement annuel, avec plus de 125 millions de consommateurs chinois essayant d'obtenir des produits importés de qualité, par le biais de plateformes e-commerce.

Le marché massif a attiré plusieurs autres sociétés de e-commerce, en plus de Ymatou. Tmall Global, la plateforme e-commerce d’Alibaba, reliant les commerçants d'outre-mer et leurs produits aux consommateurs chinois, a été lancée vers 2015. Netease Kaola, qui a ensuite été acquise par Alibaba, a également été lancée à la même époque.

"L'expansion des plateformes de e-commerce axées sur les importations montre la demande croissante de produits de qualité et le fait que le marché chinois représente une opportunité que de nombreux fabricants, marques et exportateurs étrangers ne peuvent pas manquer", Tian Yun, vice-directeur de l'Association des opérations économiques de Beijing.

Ne manquez pas notre article : La Chine est sur le point de franchir une étape historique en matière de e-commerce - et aucun autre pays ne s'en approche

Selon un rapport du cabinet d'études de marché iiMedia, au premier trimestre 2021, 40,3% des utilisateurs chinois du e-commerce transfrontalier ont vu leur pouvoir d'achat augmenter. Plus de 65% des utilisateurs utilisaient également plus fréquemment les plateformes de e-commerce transfrontalier.

"Le coronavirus a contraint de nombreux magasins physiques à fermer leurs portes", a déclaré Tian Yun. "Mais c'est aussi une opportunité pour les entreprises et les marques de passer à Internet. Les marques étrangères devront saisir cette opportunité pour pénétrer davantage le marché chinois, où le modèle e-commerce est déjà très mature."

Sur Tmall d'Alibaba, un grand nombre de marques de luxe internationales ont ouvert leurs boutiques pour séduire les clients chinois. Les magasins phares officiels des marques de cosmétiques proposent plus de produits avec des réductions sur Tmall que les boutiques hors taxes, notamment Clarins, Estee Lauder, Lancôme, SK-II, Sulwhasoo, YSL et Armani.

Ces dernières années, les produits agricoles importés trouvent également leur place sur le marché de la consommation chinoise, grâce au e-commerce.

En 2019, un total de 5,29 milliards de dollars de produits agricoles ont fait l’objet d’échanges transfrontaliers en ligne en Chine, dont 4,98 milliards de dollars d'importations, en hausse de 18% par rapport à l'année précédente, selon les statistiques du ministère de l'Agriculture et des Affaires rurales. Au premier semestre 2020, la valeur totale des importations de produits agricoles sur le e-commerce a atteint plus de 2,9 milliards de dollars, soit une croissance de plus de 27%.

Les produits les plus populaires sont les produits laitiers, les produits de la mer et les boissons gazeuses. Le commerce a considérablement profité à certains des principaux partenaires commerciaux du secteur, notamment l'Australie, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas et l'Allemagne.

Des défis et des opportunités

Hannah Sun, représentante de Shanghai Fengyi Imports and Exports Co., a déclaré au Global Times que le champ d'activité de son entreprise comprenait l'importation de cerises du Chili, de Turquie et d'autres fruits des pays d'Asie du Sud-Est, et que leurs ventes sur Tmall augmentaient de façon exponentielle. Les ventes de leurs cerises importées sur les plateformes de e-commerce, y compris Tmall et JD.com, peuvent représenter jusqu'à 80% de leurs ventes totales.

Cependant, selon Madame Sun, les impacts du COVID-19 sur ses activités d'importation ont été tout simplement dévastateurs.

"Nous avons arrêté toutes nos importations de cerises peu de temps après que des résultats positifs aient été testés sur des fruits importés", a-t-elle déclaré. "Désormais, nous achetons principalement des fruits au Yunnan et les fournissons aux magasins de fruits ici à Shanghai."

Hannah Sun a déclaré que bien que les experts de la santé aient affirmé que les chances de contracter le coronavirus à partir de fruits importés - qui sont généralement expédiés à des températures supérieures à zéro - étaient faibles, la direction de son entreprise craint toujours que l'activité d'importation soit vulnérable aux incertitudes politiques, et a donc décidé de se tourner vers le marché national des fruits. 

Mais pour de nombreuses autres entreprises, abandonner l'importation n'a pas été aussi simple et les risques associés aux produits agricoles importés signifient que leur activité de e-commerce a été suspendue pendant plusieurs semaines au plus fort de l'inquiétude.

Selon le directeur d'une entreprise de fruits de mer, Monsieur Wu, qui vend des produits issus de la pêche et de l'aquaculture sur Taobao.com, les ventes de son entreprise peuvent atteindre environ 100 000 yuans par jour (soit 15 000 dollars environs) grâce à la plateforme de e-commerce, mais son activité a été complètement interrompue après que des traces de coronavirus aient été détectées sur un lot de crevettes importées d'Équateur, pays où il achetait également ses crevettes.

Ne manquez pas notre article : Leçons chinoises pour la reprise du commerce de détail en Occident

L'impact du COVID-19 sur le e-commerce n'a pas été seulement ressenti par les importateurs dont les produits sont associés à des risques élevés de contamination. Les commerçants en ligne de vêtements et d'autres produits de première nécessité ont également été confrontés à des défis similaires en raison du renforcement de la procédure de quarantaine pour les marchandises et de la perturbation des transports internationaux.

"Mais les impacts ne seront que de courte durée par rapport à la politique de relance à long terme ciblant le secteur transfrontalier", a déclaré Tian Yun, ​​"en particulier avec le déploiement des politiques de franchise de droits permettant aux clients chinois d'acheter des produits à l'étranger."

En 2020, grâce à la zone franche établie dans la province de Hainan, dans le sud de la Chine, les importations via le e-commerce ont été multipliées par 7,53 en glissement annuel, avec une valeur totale des importations de 526 millions de yuans. 

"La politique d'augmentation des produits hors taxes et la réduction des taxes augmenteront encore le pouvoir d'achat des consommateurs chinois, et tant que l'offre à l'étranger se stabilisera, le marché chinois jouera un rôle encore plus important dans leurs ventes", a déclaré Tian Yun.

La recherche vocale dans l'e-commerce

Source : globaltimes

Bérangère D'Henry

Bérangère D'Henry

Recevez la newsletter Sensefuel

Un concentré d’informations et de conseils autour du e-commerce et de l’expérience client, directement dans votre boite mail