décembre 04, 2019 trends

Après le Cyber Monday, coup de projecteur sur les expéditions e-commerce !

Subscribe to Email Updates

Combien de colis Amazon ont été rapidement expédiés à votre domicile ces jours-ci grâce au Black Friday et au Cyber Monday ? Pour nombre d'entre nous, beaucoup !

Et ces grosses boîtes en carton contenant de minuscules articles ne sont que l’un des problèmes les plus viscéraux associés à l'augmentation rapide des achats en ligne.

Les émissions de carbone associées à l'expédition de colis - qui proviennent en grande partie de camions et d'avions fonctionnant à l'énergie fossile et transportant des marchandises d'un État à l'autre et dans les villes - augmentent rapidement. Et beaucoup d’entre nous commencent à s'en préoccuper davantage.

Selon une étude d'Accenture publiée en octobre, la moitié des personnes interrogées ont déclaré qu'elles opteraient pour des options de livraison ayant un impact moindre sur l'environnement, telles qu'une expédition plus lente ou un retrait en magasin, en raison des effets environnementaux négatifs de l'expédition rapide. Des sociétés telles que Etsy ont expérimenté des moyens d'inciter les acheteurs à utiliser des méthodes moins polluantes pour se faire livrer des marchandises.

Ne manquez pas notre article : Etsy veut rendre la livraison de vos produits à domicile “zéro carbone”

Mais peu importe le temps que vous consacrez à la planification de vos achats des Fêtes (une expédition plus lente signifie généralement moins d'émissions), au bout du compte, ce n'est pas vraiment un problème que les acheteurs peuvent résoudre eux-mêmes. "Ce n’est pas aux consommateurs d’enquêter sur toutes les décisions de leur vie et de peser l’impact sur l’environnement. Les entreprises doivent faire preuve de leadership", a déclaré dans un entretien Aileen Nowland, directrice l'organisation non gouvernementale "Environmental defense fund", agissant dans le domaine de la protection de l'environnement.

Heureusement, il y a aussi de bonnes nouvelles à cet égard. On s'attend à ce que 2020 soit une année décisive pour ce qui est de braquer les projecteurs sur la chaîne logistique du transport de marchandises e-commerce - de leur lieu de production jusqu’à votre porte, par la mer, la route, les airs, etc.

Le dernier kilomètre de cette route est particulièrement prêt pour le changement. Aux Etats-Unis l' Environmental defense fund vient de lancer une campagne de collecte de signatures et de pression sur le dernier kilomètre de la chaîne logistique du transport de marchandises. L'organisation dénonce le fait que des camions de livraison appartenant à des sociétés telles que Amazon, UPS, DHL et FedEx se déplacent lentement dans les quartiers, tournent au ralenti, bloquent la circulation en déposant les colis…

Ne manquez pas notre article : [supply chain e-commerce] Intégrer le développement durable pour répondre à une croissance rapide

Nombre de ces expéditeurs commencent à acheter de plus en plus de camions de livraison électriques. Amazon envisage d’acheter 100 000 d’entre eux auprès de la start-up Rivian, ce qui représente la plus grosse commande de camionnettes électriques au monde.

Alors que les startups ont dominé la fabrication de ces véhicules électriques en petites quantités, de plus en plus de grands constructeurs automobiles se lancent enfin. Par exemple, Volvo Trucks vient tout juste de commencer à vendre ses camions électriques en plus gros volumes dans plusieurs villes d’Europe. L'année prochaine, Volvo Trucks North America commercialisera son camion électrique aux États-Unis.

Des villes d'Europe - telles que Londres, Berlin et Madrid - stimulent ces ventes grâce à une réglementation stricte visant à éliminer progressivement les véhicules à moteur diesel et à carburant fossile des centres-villes. La maire de Paris, Anne Hildago, a récemment annoncé son intention de faire payer les sociétés telles qu'Amazon pour les livraisons en zone urbaine afin de compenser les maux causés par la congestion du réseau routier et la pollution.

Aux États-Unis, où les réglementations des villes et des États en matière de distribution urbaine sobre en carbone sont moins strictes, il s'agit davantage de "fortes demandes des consommateurs pour des produits socialement responsables", a déclaré Brett Pope, directeur des véhicules électriques chez Volvo Trucks North America, lors d'un entretien.

Ne manquez pas notre article : [e-commerce] Comprendre les nouvelles innovations dans la livraison du dernier kilomètre

Mais en Californie, les villes deviennent également ambitieuses. La semaine dernière, Los Angeles a publié l'un des plans de transport urbain à faibles émissions les plus agressifs aux États-Unis, s'engageant à augmenter considérablement le nombre de voitures électriques, d'autobus et de chargeurs de véhicules électriques, tout en investissant dans les transports publics et en explorant les coûts de la congestion du réseau routier.

Si 2020 est l'année où les projecteurs commencent à briller sur les émissions de la livraison du dernier kilomètre, ce sont les villes qui contrôleront l'éclairage.

Livre Blanc, la recherche un sujet d'aujourd'hui et de demain

Source : greenbiz.com

Vu dans cet article :

Pour aller plus loin :