Cela faisait déjà un certain temps qu’un partenariat entre Amazon et une enseigne française était attendu. En deux ans, le géant américain du e-commerce, qui cherche à élargir son offre dans l’alimentaire, a contacté les plus grands distributeurs de l’hexagone pour leur proposer de rejoindre son service Prime Now.

Lundi 26 mars 2018, Jean-Charles Naouri, président du groupe Casino, annonçait dans un communiqué de presse, que Monoprix - l’enseigne premium du groupe - faisait alliance avec Amazon. Désormais, à Paris et dans sa proche banlieue, les abonnés au programme Amazon Prime Now pourront effectuer leurs achats de produits alimentaires dans la boutique virtuelle de Monoprix, en passant via la plateforme du géant américain, et se faire livrer leurs courses en moins de deux heures.

« A travers ce partenariat unique entre Amazon et Monoprix, le groupe Casino renforce sa stratégie de distribution omnicanale et se rapproche encore davantage de ses clients et de leurs besoins », a déclaré Jean-Charles Naouri.

Selon Régis Schultz, PDG de Monoprix, l’enseigne proposera entre 5 000 et 10 000 références, principalement ses marques de distributeur (Monoprix, Monoprix Gourmet, Monoprix Bio, La Beauté Monoprix) et également de grandes marques nationales et internationales. Le PDG a également précisé que les prix seront les mêmes que sur le site de monoprix.fr. Les commandes seront préparées dans deux magasins de l’enseigne, par les équipes Monoprix, tandis qu’Amazon assurera la livraison express.

Cet accord avec Monoprix donne au service Amazon Prime une très grande envergure. Monoprix dispose en effet de plusieurs dizaines de points de vente en région parisienne. Son assortiment de produits correspond à la clientèle CSP+ d’Amazon et ressemble à celui de l'enseigne Whole Foods, rachetée en Juin 2017 par Amazon pour près de 15 milliards de dollars.

Monoprix à la conquête du digital

Ce partenariat sans précédent dans le secteur de la grande distribution française vient renforcer la stratégie digitale engagée par Monoprix ces derniers mois. En février dernier, le groupe Casino annonçait le rachat de Sarenza, l’un des leaders européens de la vente de chaussures en ligne et deuxième chausseur de France sur Internet. Monoprix a également conclu un deal fin novembre avec le e-commerçant britannique Ocado. Cet accord permettra à l’enseigne d’optimiser et de livrer, d’ici deux ans, les commandes passées sur son propre site marchand, à partir d’un entrepôt ultra-automatisé près de Paris. En décembre, Monoprix s’est également rapprochée d’Epicery, une start-up française qui permet de commander en ligne des produits frais proposés par les commerçants de son quartier.

Amazon et Monoprix : une alliance symbolique

Monoprix devient ainsi la première enseigne française à faire alliance avec Amazon. Bien que la date du lancement officiel ne soit pas encore connue, cet accord devrait se concrétiser au cours du second semestre. En se rapprochant du géant américain, Monoprix projette de devancer la concurrence qui, elle aussi, a enrichi ses services de livraison à domicile. En lançant « Leclerc Chez Moi », son service de livraison en 24h, le distributeur E.Leclerc envisage d’atteindre entre 4000 et 6000 livraisons par jour dans la capitale sous trois ans. Carrefour accélère également sa digitalisation et annonce que dans les prochains mois, la livraison express en une heure sera proposée dans 15 villes de France. A Paris, où Carrefour possède 250 magasins, des “drive piétons” seront déployés pour proposer aux clients de venir collecter leurs commandes internet dans un magasin physique.

Les grands retailers mondiaux s’allient aux grands acteurs de la technologie et de l’e-commerce

Afin de rattraper leur retard en ligne et parce qu’ils sont fortement attaqués, les grands retailers mondiaux s’allient aux grands acteurs de la technologie et de l’e-commerce. En Novembre dernier, Auchan s’est associé à Alibaba, le géant chinois du e-commerce afin de proposer une offre à la fois physique et digitale à ses clients chinois. En début d’année, Carrefour a signé un partenariat stratégique avec Tencent - entreprise chinoise spécialisée dans les services internet et mobiles -  et la chaîne de supermarchés Yonghui. Au japon, Walmart et Rakuten (qui détient PriceMinister en France) se sont également alliés au mois de janvier.

Dans un secteur du e-commerce alimentaire très concurrentiel, les alliances stratégiques se multiplient pour tenter de gagner la bataille. Le digital est en train de réinventer la distribution alimentaire.

télécharger Guide Sensefuel Bien choisir son moteur de recherche e-commerce 2017/18

Pour aller plus loin :