Subscribe to Email Updates

Pour le meilleur ou pour le pire, l'économie américaine et mondiale sont aux prises avec “l'effet Amazon", un terme utilisé pour décrire le succès d'Amazon.com, qui a amélioré les pratiques et influencé les attentes des consommateurs, en ligne et hors ligne. Rien qu’aux Etats-Unis, Amazon était déjà responsable, mi-2018, d'environ 50 % des ventes e-commerce du pays et de 5 % de toutes les ventes combinées hors ligne et en ligne.

Ne manquez pas notre article : Amazon : 80% de la croissance e-commerce 2018 aux US

Avec 11 trimestres consécutifs de bénéfices, un chiffre d'affaires record pour la période des fêtes qui vient de se terminer (L’e-tailer ne divulgue pas de chiffre d’affaires concret, mais parle néanmoins de « la meilleure saison de Noël jamais réalisée » ) et l'homme le plus riche du monde comme PDG, nous pouvons affirmer sans mal que les choses fonctionnent très bien pour la société !

Qu'est-ce que l'effet Amazon ?

La signification de l'expression peut varier selon l'industrie citée, mais elle fait généralement référence à la difficulté qu'éprouvent de nombreux magasins - en particulier les magasins brick & mortar - lorsqu'ils font concurrence à Amazon. La vaste sélection du commerçant en ligne, la livraison rapide, les retours gratuits, les prix bas et le service d'abonnement "Prime" contribuent à favoriser les attentes élevées des consommateurs et proposent aux commerçants désireux d'être compétitifs d’y répondre.

Est-ce que cela signifie qu'Amazon anéantit la concurrence ? Des études montrent que le succès d'Amazon a conduit à des fermetures d'entreprises, mais de nombreuses entreprises, en fait, se sont attaquées à l'effet Amazon de manière créative et efficace pour rivaliser et garder leur place sur le terrain. En fait, l'effet Amazon n'est qu'une raison parmi d’autres, pour lesquelles l'environnement du commerce de détail est en constante évolution.

Ce phénomène n'affecte certainement pas les e-commerçants uniquement, bien que cela soient eux qui sont en première ligne et qui doivent rester agiles, afin que ce concurrent géant ne s'empare de leurs clients.

Ne manquez pas notre article : [e-commerce] Les investissements de Walmart paient

Ayant cela à l'esprit, voici quelques prédictions sur l'évolution de la scène du e-commerce en 2019 :

La course logistique du " dernier kilomètre " va devenir plus compétitive

Le réseau de livraison d'Amazon est un phénomène logistique qui permet la livraison de pratiquement n'importe quel bien de consommation à la porte d'un acheteur en quelques jours, voire quelques heures. Les e-commerçants ont été soumis à une pression sans cesse croissante pour égaler la vitesse et l'efficacité d'Amazon, et rien ne prouve que les attentes des consommateurs diminuent ; une étude réalisée en 2018 par Dropoff, a révélé que 43 % des consommateurs interrogés s'attendaient à des délais de livraison "beaucoup plus rapides" cette même année, une forte augmentation par rapport à 2017.

Pour répondre à cette attente des consommateurs, attendez-vous à ce qu'en 2019, un plus grand nombre d'e-commerçants se tourne vers des logiciels de transport pour égaler ou dépasser la performance de livraison d'Amazon.

La bascule vers le "mobile first" va enfin voir le jour

Les e-commerçants pensent aux utilisateurs mobiles depuis un certain temps déjà, mais 2019 sera sans doute l'année où l'usage mobile deviendra une priorité, par rapport aux interfaces de desktop. Un rapport de Criteo - fin 2017 - a démontré qu'à l'époque, les sites marchands disposant d'une expérience d'achat performante réalisaient la majeure partie de leurs ventes par le biais du mobile.

Salesforce prévoyait que le mobile serait à l'origine de 68 % des visites de sites marchands et de 46 % des commandes pour la période des fêtes qui vient de se terminer. Le mobile était déjà une grande priorité, mais d'ici 11 mois, à l'approche des fêtes de fin d'année, nous pourrions le voir devenir la priorité numéro 1 car, à l’échelle mondiale, la part des visites effectuées depuis un desktop continue de diminuer.

Ne manquez pas notre article : 2018 : Quand le m-commerce transforme le retail

L'Intelligence Artificielle et le commerce électronique se rapprocheront encore plus

Amazon ne s'est jamais reposé sur ses lauriers, c'est pourquoi l'Intelligence Artificielle et son application : le Machine Learning, ont été l'une des voies d'expansion importantes explorées au cours des dernières années. Le Machine Learning pilote notamment le haut-parleur intelligent Alexa d'Amazon, et sa division Amazon Web Services, extrêmement rentable, qui fournit aux clients des services payants, dotés d'intelligence artificielle et sous format cloud.

Et l'Intelligence Artificielle a également joué un rôle croissant dans les activités e-commerce d'Amazon ; Sunny Singh de GoBeyond.ai énumère ici certains des outils e-commerce d'Amazon, dotés d'intelligence artificielle, tels que les algorithmes permettant de détecter les tendances du marché ou la vente incitative via des recommandations personnalisées.

Ne manquez pas notre article : Amazon étend ses outils de recherche visuelle et de merchandising

En 2019, attendez-vous à voir le déploiement de l’Intelligence Artificielle s’intensifier chez Amazon et les autres e-commerçants, afin de fonder des stratégies de marketing basées sur l'IA et de fournir un excellent service client.

La bataille pour l'alimentaire en ligne se poursuivra

L'un des plus grands événements du commerce électronique en 2017 avait été le rachat de Whole Foods par Amazon, pour 13,7 milliards de dollars. Un an plus tard, les experts se demandent si le passage d'Amazon dans l’alimentaire n'a pas été un faux pas. Aux États-Unis, le nombre de membres d'Amazon Prime qui ont utilisé ce service pour acheter des produits alimentaires au moins une fois par mois a chuté entre 2017 et 2018.

Ne manquez pas notre article : Amazon rachète Whole Foods. Quel impact pour le groupe ?

Une étude a montré que les ménages qui utilisaient la livraison de produits alimentaires en ligne, en fonction d'un emplacement physique à proximité, dépensaient environ 200 dollars par mois, alors que le consommateur moyen d'Amazon dépensait 74 dollars par mois. Cela a certainement était une nouvelle décourageante pour Amazon, mais pour le reste du secteur de l'alimentaire et du e-commerce, le constat est clair : la guerre pour le marché de l'alimentaire en ligne continue à travers le globe.

Dans l'ensemble, les dépenses alimentaires en ligne augmentent - un rapport publié à la mi-2018 par Brick meets Click a conclu que les commandes en ligne représentent environ 5,5 % des ventes totales aux États-Unis. Cela indique que 2019 pourrait être un moment privilégié pour d'autres e-commerçants de se lancer dans la bataille.

Ne manquez pas notre article : Amazon et Monoprix nouent un partenariat

Globalement, l'effet Amazon est réel, mais cela ne veut pas dire qu'Amazon est le seul acteur du commerce électronique qui comptera en 2019. La concurrence restera féroce, alors que différentes tendances se développent et que le monde du e-commerce continue à évoluer.

Observatoire-pratiques-recherche-e-commerce

Source : entrepreneur.com

Vu dans cet article :

Pour aller plus loin :