septembre 05, 2018 trends

Alibaba étend sa plateforme de e-commerce sur ces 4 marchés

Subscribe to Email Updates

Selon le cabinet d’études eMarketer, Alibaba, le plus grand acteur du e-commerce en Chine, contrôle 58% du marché du commerce électronique de son pays. Son plus proche rival, JD.com, n’en contrôle que 16%.

L'an dernier, Alibaba a généré 89% de ses revenus e-commerce en Chine. Les 11% restants provenaient de sa présence croissante sur les marchés internationaux.

Examinons quatre marchés qui, dans un avenir proche, pourraient devenir des moteurs de croissance majeurs pour les activités d'Alibaba à l'étranger.

La Russie

En 2010, Alibaba a lancé AliExpress, un marché permettant aux commerçants chinois de vendre directement leurs produits à des clients étrangers. Selon Ecommerce News Europe, AliExpress est devenu extrêmement populaire en Russie, où il contrôle désormais 69% du marché du e-commerce. Compte tenu de ce succès, Alibaba a lancé l’an dernier une version dédiée de son Tmall pour les acheteurs russes.

La Russie est un marché fertile pour les entreprises de commerce électronique. Son taux de pénétration d'Internet est de 71%. Cependant eMarketer s'attend à ce que cette année, les transactions de commerce électronique ne représentent que 3% des transactions de détail totales du pays.

Alibaba a une longueur d'avance en Russie, mais JD.com - qui avait abandonné le marché russe en 2016 - est sur le point de réapparaître sur le marché grâce à un partenariat avec X5 Retail Group d'AlfaGroup, qui possède le réseau national de magasins discount Pyaterochka, les supermarchés Perekrestok et les hypermarchés Carousel. JD.com prévoit de livrer des produits commandés en ligne dans ces magasins traditionnels, afin qu’ils puissent y être récupérés par les clients.

L’Asie du sud est

Alibaba détient une participation majoritaire dans Lazada, le principal acteur du commerce électronique en Asie du Sud-Est. Ant Financial, filiale d’Alibaba, qui contrôle la plate-forme de paiement AliPay, a fusionné avec le groupe HelloPay de Lazada l’an dernier. Alibaba a également investi l’année dernière 1,1 milliard de dollars dans Tokopedia, une importante plateforme de commerce électronique en Indonésie.

Grâce à Lazada, Alibaba peut atteindre plus de 600 millions de consommateurs potentiels à Singapour, en Malaisie, en Indonésie, en Thaïlande, au Vietnam et aux Philippines. Selon un récent rapport Google-Temasek, les ventes en ligne représentent toujours moins de 5% de l’ensemble du commerce dans la région.

Lazada est également propriétaire de RedMart, e-commerçant de produits alimentaires basé à Singapour, et s’est précédemment associé à Uber et Netflix pour lancer LiveUp, un abonnement mensuel de type Amazon Prime, qui offre des livraisons accélérées ou des prix réduits sur les produits proposés sur Taobao, Lazada et Alibaba.

Alibaba possède une longueur d’avance en Asie du Sud-Est mais fait toujours face à la concurrence croissante d'Amazon et de JD.com qui s'est récemment étendu à l'Indonésie et au Vietnam grâce à de gros investissements.

L’Inde

Alibaba a investi environ 1,7 milliard de dollars sur le marché indien grâce à ses investissements dans Paytm (l’application de paiement), dans BigBasket (le e-commerçant de produits alimentaires), dans la plateforme e-commerce Snapdeal, dans Zomato (l’application de critiques de restaurants) et dans TicketNew (l’application de tickets en ligne). Le géant investit également dans les films indiens et fait la promotion de son navigateur de recherche pour les utilisateurs mobiles, développé par la société chinoise UCWeb.

Alibaba contrôle une part beaucoup plus petite du marché du commerce électronique en Inde que Flipkart, dont Walmart a récemment acquis une participation majoritaire, et Amazon, mais il est encore temps de se rattraper. Selon une récente étude ASSOCHAM-Resurgent, le nombre total d'acheteurs en ligne en Inde pourrait plus que doubler cette année, en atteignant 120 millions, mais cela ne représente qu'environ un quart du nombre total d'internautes.

Ne manquez pas notre article : [e-commerce] Inde : 3ème marché d’Asie-Pacifique

Le Mexique

L’année dernière, Alibaba a signé un accord avec le groupe ProMéxico, afin d’exporter des produits - comme des avocats et de la tequila - vers la Chine, via sa plate-forme de commerce électronique. Alibaba veut que 100 fournisseurs mexicains s'inscrivent avant de lancer un site dédié dans le pays. A ce jour, seules 24 entreprises ont été approuvées.

Ce taux d’adoption est faible, principalement en raison des préoccupations liées à la logistique et aux coûts d’assurance. Mais Alibaba estime que la plateforme, qui représenterait son premier pas en Amérique latine, pourrait être rentable à long terme.

Les points clés à retenir

Alibaba fournit déjà des plateformes de commerce électronique dans 15 pays, mais nombre de ces marchés, comme les États-Unis et le Japon, sont étroitement contrôlés par des acteurs dominants tels que Amazon ou Rakuten. Par conséquent, les investisseurs qui se concentrent sur les opportunités de croissance à plus long terme d'Alibaba devraient examiner de plus près ses efforts en Russie, en Asie du Sud-Est, en Inde et en Amérique latine.

New Call-to-action

Source : fool.com

Pour aller plus loin :

Crédit photo : Flickr