Si vous gardez l’œil ouvert sur l'industrie chinoise du e-commerce, vous connaissez très certainement les deux grands acteurs que sont Alibaba et JD.com.

Alibaba est l'une des plus grandes sociétés Internet en Chine (et dans le monde) et est à l'origine de certaines des plus grandes plateformes de e-commerce chinoises, notamment Taobao Marketplace, Tmall et AliExpress. JD.com est son principal concurrent et possède également l'épicerie en ligne Yihaodian, anciennement détenue par Walmart.

Entre elles, Alibaba et  JD.com ont capté près de 73% des ventes de e-commerce chinoises et ont investi dans un certain nombre d'autres sociétés de vente au détail. Mais bien qu'elles aient une énorme influence, c'est une erreur de supposer qu'Alibaba et JD.com sont les deux seuls acteurs du e-commerce chinois à connaître.

Par exemple, en novembre, quatre mois après avoir fermé son marché domestique en Chine, Amazon a annoncé qu'elle ouvrirait un pop-up store pendant la période des fêtes, en partenariat avec la start-up de commerce social Pinduoduo. Bien qu'elle n'ait été lancée qu'en 2015, Pinduoduo s'est rapidement hissée au rang des entreprises les plus importantes du e-commerce chinois, incitant Alibaba et JD.com à s'étendre dans les communautés rurales où Pinduoduo était si populaire.

Ne manquez pas notre article : Les géants chinois du e-commerce recherchent de l'or dans la Chine rurale alors que la croissance dans les grandes villes ralentit

Dans cet article, nous allons passer en revue certains des acteurs du e-commerce chinois, autres qu'Alibaba et JD.com, qui méritent une attention particulière. Certains sont des nouveaux entrants à surveiller, tandis que d'autres sont des vétérans qui existent depuis les débuts du e-commerce chinois et qui ont évolué avec le temps. Tous sont des noms importants à avoir en tête pour tous ceux qui souhaitent acquérir une meilleure compréhension du paysage du e-commerce chinois.

Pinduoduo

pinduoduo-2019

Depuis sa création en 2015, l'application de commerce social Pinduoduo a réussi à perturber massivement le marché du e-commerce chinois, atteignant une popularité sans précédent et devenant le troisième plus grand acteur du e-commerce chinois.

Le succès de Pinduoduo, qui s’est fait du jour au lendemain, peut être attribué à une combinaison de facteurs : il propose des produits à bas prix qui attirent particulièrement les consommateurs dans les communautés rurales chinoises, un marché largement inexploité jusqu'à l'arrivée de Pinduoduo, et il récompense les utilisateurs pour avoir fait participer leurs amis, offrant des réductions pour les utilisateurs qui achètent en groupe. Sa présence sur WeChat, la plateforme de messagerie omniprésente en Chine, a également joué un rôle clé dans le succès de Pinduoduo, lui donnant un moyen tout fait pour se promouvoir.

Malgré ces nombreux avantages, la croissance et le succès continus de Pinduoduo ne sont nullement garantis. La société tente désormais de se défaire de son image associée à des produits de mauvaise qualité et aux remises importantes. Elle souhaite être reconnue comme une plateforme de e-commerce de qualité, ce que le rapprochement avec Amazon pourrait l'aider à réaliser. Pinduoduo s'est heurté à des obstacles dans sa quête d'un modèle commercial à long terme plus mature : ses coûts d'exploitation ont plus que doublé alors qu'elle tente de se vendre auprès d'une clientèle plus riche dans les grandes villes chinoises et, au troisième trimestre de 2019, elle a subi une baisse de valeur de 11 milliards de dollars après avoir enregistré une perte trimestrielle plus importante que prévu.

Cependant, Huang Zheng, PDG de Pinduoduo, a affirmé que l'investissement en valait la peine à long terme, et Pinduoduo connaît toujours une croissance rapide tant au niveau des utilisateurs que des revenus. Bien qu'il reste à voir si Pinduoduo peut convaincre les consommateurs fortunés ou s'il devra adopter une autre stratégie, il ne fait aucun doute que Pinduoduo continuera d'être une force importante dans le e-commerce chinois.

Ne manquez pas notre article : Pinduoduo : la Start-up qui challenge le géant Alibaba

Xiaohongshu, Little Red Book

小红书© Xiaohongshu

Xiaohongshu, également connue sous le nom de «Little Red Book» ou «RED» en anglais, est une plateforme de e-commerce pour les produits de luxe à l'étranger. Fondée en 2013, Xiaohongshu est à l'origine une application permettant aux acheteurs chinois qui voyagent à l'étranger de publier des avis et des recommandations à propos des produits qu'ils ont achetés, et de constituer progressivement une communauté de consommateurs avertis partageant leurs connaissances sur les produits de luxe. Les fondateurs de Xiaohongshu, Miranda Qu et Charlwin Mao, ont vu l’opportunité de se lancer dans le e-commerce et ont commencé à s'approvisionner en produits destinés aux utilisateurs qui voulaient acheter directement, tout en permettant aux marques qualifiées d'ouvrir leurs propres boutiques numériques sur la plateforme pour une commission de 5% par transaction.

Le contenu généré par les utilisateurs a été le principal attrait de la plateforme de Xiaohongshu, les membres dévoués de sa communauté publiant des critiques de produits détaillées, accompagnées d'images et des vidéos. Historiquement, l'application a toujours bénéficié d'un engagement élevé, car les utilisateurs se sont rendus à Xiaohongshu pour s'informer sur les dernières tendances et les produits les plus en vogue.

Jusqu’à présent, Xiaohongshu avait toujours refusé de diffuser de la publicité ou d'autoriser des marques à ouvrir des comptes officiels. Cependant, la plateforme a changé de position au cours des 18 derniers mois et a commencé à héberger des publicités et à courtiser des influenceurs professionnels, ce qui a deçu certains des utilisateurs fidèles et endommagé l'engagement.

Comme Pinduoduo, Xiaohongshu traverse actuellement une période de transition alors qu'elle tente d'élargir son champ d'action et d’engranger des bénéfices. Elle a diversifié son contenu pour inclure des vidéos sur des sujets comme les animaux de compagnie et les voyages, conformément à la tendance actuelle de la vidéo courte en Chine, et en juin, elle a tranquillement commencé à tester une fonctionnalité de diffusion en direct - une autre tendance qui fait actuellement fureur parmi les plateformes de commerce électronique. Xiaohongshu a également intensifié son marketing pour attirer de nouveaux utilisateurs, et en conséquence, a vu le nombre d'utilisateurs quotidiens sur l'application quadrupler à 30 millions, selon The Information.

Xiaohongshu aurait encaissé près de 100 millions de yuans de revenus publicitaires (14,5 millions de dollars) en 2018, et la société a déclaré aux investisseurs qu'elle prévoyait de porter ce chiffre à un milliard de yuans d'ici la fin de l’année.

Ne manquez pas notre article : Les règles du e-commerce en Chine obligent les personal shoppers à faire preuve de créativité

Mogu (anciennement Mogujie)

moguejie-app-mobile© Mogu

Mogu est une plateforme de médias sociaux et de e-commerce spécialisée dans les contenus, les produits et les services de mode. Fondée en 2011 en tant que magazine numérique pour les jeunes femmes, elle ressemblait à l'origine à un tableau d'affichage de style Pinterest qui permettait aux utilisateurs de partager des articles de mode avec des liens vers des plateformes de e-commerce tierces.

À ces débuts, Mogu (alors connue sous le nom de Mogujie) entretenait une relation mutuellement avantageuse avec Taobao d'Alibaba : Mogujie envoyait de grandes quantités de trafic vers Taobao, et recevait une commission importante en retour. Mais après que Mogujie ait rejeté une offre d'investissement d'Alibaba en raison d'une différence de vision, il lui a été interdit de se connecter à Taobao - et est ainsi devenue une plate-forme de e-commerce à part entière.

Depuis, Mogu a développé à la fois les aspects commerciaux et sociaux de ses plateformes, en sollicitant des commerçants de qualité et en leur donnant des outils pour se connecter avec les utilisateurs. En 2015, elle a introduit le livestreaming comme un moyen pour les KOLs (Key Opinion Leaders, le terme chinois pour les influenceurs) de présenter des articles à vendre - bien avant la tendance actuelle du livestreaming dans le e-commerce, dont Mogu prétend avoir été le pionnier. En 2018, la diffusion en direct a rapporté 11,8% des ventes totales de Mogu.

Bien qu'il n'ait pas toujours été facile pour Mogu de rivaliser avec des titans comme Alibaba, elle a tenu le coup, combinant ses forces avec son plus grand rival, Meilishuo, en 2016, pour former une joint venture d'une valeur de 3 milliards de dollars (à l'époque). En 2018, Mogu a collaboré avec JD.com pour créer un nouveau mini-programme de mode e-commerce sur WeChat. Mogu place ses espoirs dans le boom du livestreaming pour l'aider à réaliser des bénéfices (l’entreprise fonctionne actuellement à perte), ainsi que les mini-programmes WeChat, qui ont été une source clé de croissance et de revenus.

Ne manquez pas notre article : En pleine croissance, le livestream shopping favorise l'avenir du e-commerce

Suning.com

suning.com-1

Suning.com est le plus grand détaillant omnicanal de Chine et l'un des piliers du paysage du commerce de détail chinois. Fondée en 1990 à Nanjing en tant que magasin de climatiseurs, Suning a depuis élargi sa portée au-delà de l'électroménager pour englober tous types d'appareils électroniques, ainsi que les livres, les marchandises diverses, les cosmétiques, les produits pour bébés et plus encore.

Les points forts de Suning en tant que détaillant résident principalement dans sa présence physique, mais dans les années 2010, Suning a intensifié ses investissements dans le e-commerce. Elle a ouvert ses portes à des vendeurs tiers sur sa plateforme de e-commerce en 2013, et a réalisé quelques acquisitions stratégiques, notamment Redbaby, le spécialiste des produits pour bébé, en 2012, et le site d'achat groupé Manzuo.com en 2014. En 2018, Suning a annoncé une augmentation de son bénéfice net de 216% grâce à la «flambée de la consommation en ligne». En juin 2019, sa plateforme en ligne comptait 442 millions d'utilisateurs enregistrés.

Suning s'est également joint à Alibaba et JD.com pour s'implanter sur les marchés ruraux chinois, annonçant qu'il aidera les habitants des zones rurales à profiter de sa plateforme e-commerce, en leur permettant de créer des entreprises. Dans l’espace physique, il est également en train de devenir un leader dans la révolution naissante du New Retail en Chine, en élargissant son réseau de magasins hors ligne et en les dotant d'une technologie intelligente innovante.

Ne manquez pas notre article : 7 commerçants à l'avant-garde de la révolution "New Retail" en Chine

Vipshop

vipshop

La plateforme de e-commerce à prix réduit Vipshop a été l'un des premiers marchés de vente flash en Chine, offrant des produits de marque à prix réduit pour une période de temps limitée. Lancée en 2008, Vipshop est entrée en bourse à la Bourse de New York seulement quatre ans plus tard.

La société a connu des hauts et des bas depuis lors, mais a toujours été l'un des principaux sites de e-commerce à prix réduit, et a été pendant un certain temps la troisième plus grande plateforme de e-commerce B2C en Chine. En 2017, elle s'est classée 115e dans la liste China 500 du magazine Fortune et 40e dans la liste des 100 marques chinoises les plus prisées de BrandZ. Fin 2017, le géant de la technologie Tencent et JD.com ont tous deux fait des investissements, reliant le marché de Vipshop à leurs propres écosystèmes; près d'un quart des nouveaux clients de Vipshop proviennent désormais des plateformes JD.com et Tencent.

Vipshop est considéré aujourd'hui comme un petit acteur du e-commerce chinois, mais sa base d'utilisateurs continue d'augmenter : au troisième trimestre 2019, les clients actifs de Vipshop ont augmenté de 21% à 32 millions, tandis que les commandes totales sur la plate-forme ont augmenté de 33% en glissement annuel, à 127,6 millions. Vipshop a également récemment intégré le secteur physique, en acquérant la chaîne de magasins Shan Shan Outlets en juin pour 2,9 milliards de yuans (422 millions de dollars).

Dangdang

dangdang

Dangdang a été l’un pionnier du e-commerce chinois et l'un des premiers entrants dans l'espace. Tout comme Amazon, Dangdang a d’abord lancé une librairie en ligne en 1999 - et a même reçu une offre publique d'achat de 150 millions de dollars d'Amazon en 2004 (qu'elle a rejetée). En 2010, elle est entrée en bourse à la Bourse de New York et est devenue le premier site e-commerce chinois à être coté aux États-Unis.

En 2012, lorsque le marché du e-commerce chinois a commencé à décoller, Dangdang s'est montré prudent dans l'élargissement de sa gamme de produits, soucieux de privilégier les intérêts de ses investisseurs plutôt que de risquer la rentabilité en se développant rapidement comme ses rivaux Alibaba et JD.com. Bien que cette stratégie conservatrice ait permis à Dangdang de réaliser des bénéfices à court terme, elle a finalement eu du mal à rivaliser avec les gammes de produits considérablement élargies proposées par ses rivaux, et plusieurs années difficiles ont suivi.

Dangdang est redevenue une entreprise privée en 2016 et ses bénéfices se sont améliorés depuis. La société se concentre désormais principalement sur le marché de niche du livre en ligne, un secteur qui représentait 45,9 milliards de yuans en 2017.

Youzan

e1a824a247_bb94e699ab

Contrairement aux autres sociétés de cette liste, Youzan n'est pas un e-commerçant à part entière, mais plutôt une plateforme pour les e-commerçants. Largement considérée comme la réponse chinoise à Shopify, Youzan permet aux entreprises de e-commerce de démarrer une entreprise sur WeChat.

Bien qu'elle soit loin d'être la seule plateforme fonctionnant dans cet espace, Youzan est l'une des plateformes de e-commerce les plus respectées par WeChat, ce qui en fait un acteur important à connaître. En avril, elle a reçu un investissement de 550 millions de HKD (Dollars de Hong Kong), soit environ 63 millions d’euros, de la société mère de WeChat, Tencent. Le géant de la recherche Baidu a également conclu des partenariats avec Youzan pour créer des mini-programmes de e-commerce sur Baidu, et en août, les deux sociétés ont fondé une joint-venture appelée Qima qui vise à accélérer le développement de mini-programmes.

Nouvelle étude Sensefuel sur « La fonction de recherche sur les sites e-commerce de mode  »

Source : econsultancy.com

Vu dans cet article :